S'identifier - S'inscrire - Contact

A propos de la Libye : Regarder faire, ou agir ?

A propos de l'ingérence...

Par Jacques Cotta • Actualités • Mercredi 09/03/2011 • 2 commentaires  • Lu 1614 fois • Version imprimable


Les affrontements en Lybie mettent en jeu des moyens inégaux. D’un côté l’aviation du dictateur, ses chars, ses mercenaires… De l’autre une partie du peuple armé en tout et pour tout de kalachnikovs, ou d’armes prises dans les dépôts de villes occupées, montées à la va-vite sur des « pick-up » ou véhicules de fortunes…. Au rythme actuel, nul ne peut dire combien de temps la révolte populaire pourra encore tenir. Alors une question se pose : quelle aide apporter au peuple libyen ? Et comment le faire alors qu’il subit les bombes et les obus dans les villes qu’il occupe encore, acculé dans ses derniers retranchements ? Droit d'ingérence ou devoir de solidarité?

 Bernard Henri Levy transmuté en émissaire d’occasion, Bernard Kouchner en conseiller diplomatique du gouvernement français à la « ramasse »… A entendre l’ancien ministre des affaires étrangères, la Libye redonnerait du tonus aux thèses sur le droit d’ingérence des grandes puissances, au nom du combat contre les assassinats en règle commis à l’encontre du peuple qui se soulève.

Droit d'ingérence?

Nul ne peut soutenir le fameux « droit d’ingérence » conçu comme la possibilité des puissants, notamment de l’OTAN et des Etats-Unis, d’aller dicter leur loi comme bon leur semble, sous quelque prétexte que ce soit, contre la souveraineté des pays dont la politique pourrait leur déplaire. Mais la question libyenne relève-t-elle de ce cas de figure ?

Depuis Benghazi, lieu où est concentré le contre pouvoir à celui du colonel Kadhafi, l’opposition libyenne elle-même s’adresse à la communauté internationale, et formule une demande précise. Elle appelle à l’instauration d’une « zone d’exclusion aérienne », c'est-à-dire la garantie que les bombardements organisés par l’armée du dictateur ne pourront se poursuivre. Elle demande que les mesures ainsi prises interdisent également le vol des hélicoptères qui permettent le transport des mercenaires payés par le régime.

Il n’est pas question là de droit d’ingérence, et l’utilisation du terme même, marqué par les précédents irakiens ou yougoslaves, pollue le débat. Nulle ingérence, juste soutien logistique au peuple engagé dans un combat sans merci pour la démocratie, contre la dictature du clan Kadhafi. Voilà ce dont il s’agit ! Voila l’urgence de l’heure, la demande formulée par les populations engagées contre la dictature.


L’adoption par l’ONU d’une résolution pour « une zone d’exclusion aérienne » coince par l’opposition actuelle de la Chine et de la Russie, tous deux membres du conseil permanent. La première verrait dans l’adoption d’une telle résolution la possibilité demain d’un regard de l’institution internationale sur la situation tibétaine, la seconde sur la Tchétchénie. Ainsi donc c’est au nom de la possibilité de « massacrer à huit clos » qu’il faudrait aujourd’hui respecter le droit de Kadhafi d’agir avec les moyens qu’il met en œuvre et qui à ce rythme risquent fort d’aboutir à l’anéantissement des espoirs du peuple libyen
 

Une question politique!

La question militaire, l’attitude à adopter aujourd’hui, est évidemment une question politique. Une fois de plus, le précédent irakien est là pour nous le rappeler. Le « droit d’ingérence » qui intéresse les grandes puissances est plus celui qu’elles pourraient avoir sur le futur gouvernement, ses choix, les intérêts –pétroliers notamment- qu’elles pourraient en tirer. Les bons sentiments proclamés aujourd’hui ne sont évidemment pas sans arrière pensée pour demain. Le combat pour la démocratie, pour la liberté des peuples à décider de leur avenir et des affaires qui les concernent, ne sauraient transiger avec leur totale souveraineté. La souveraineté des peuples ne peut tolérer l’ingérence de puissances extérieures avides de profits.

Le droit du peuple libyen à décider de son avenir, une fois le dictateur renversé, doit donc être absolu, sans aucune intervention de quiconque. Mais pour avoir la possibilité d’exercer ce droit, il faut aujourd’hui pouvoir se défaire du dictateur et du régime. Et pour cela, la résistance ne s’y trompe pas, poussant un cri d’alarme de plus en plus insistant au fur et à mesure que le temps passe, sachant que ses capacités de résistance et d’offensive sont liées au temps.

Dans ce contexte, la loi votée à l’assemblée générale des nations unies en 2005 qui interdit à un état de tuer sa propre population, de commettre à son encontre des crimes contre l’humanité ou le crime de génocide, cette loi qui s’appuie sur « la responsabilité de protéger », ne devrait-elle pas permettre d’en finir avec les bombardements du colonel Kadhafi ?

N’y-a-t-il pas nécessité d’encourager l’aide qui pourrait aujourd’hui être apportée au peuple pour lui permettre de gagner son indépendance, condition d’imposer le respect de sa souveraineté ? N’y a-t-il pas une certaine indécence à tergiverser pour répondre aux demandes de la résistance libyenne alors que le temps est un facteur décisif et joue contre le combat engagé pour la libération du peuple libyen ?

Jacques Cotta
le 9 mars 2011

 

 

 

 


Partager cet article


Commentaires

Ingérence et protection par Gabriel Galice le Jeudi 10/03/2011 à 08:39

La frontière entre ingérence et protection reste à tracer. Certains préconisent une demande explicite d'intervention de la Ligue arabe et de l'Union africaine. Ce serait une condition nécessaire mais insuffisante. L'intervention militaire extérieure attiserait la guerre civile. Pour ma part, je ne sais trop ce que recouvre la désignation d'opposition ou de résistance en Libye.

Les diplomaties ne sont pas inactives et restent la voie à privilégier, juridiquement, politiquement.

Gabriel Galice


Re: Ingérence et protection par Anonyme le Vendredi 11/03/2011 à 17:33

Sur le principe général je suis totalement d'accord. Mais en l'espèce, ne faut-il pas prendre en compte les éléments suivants:
-Il semble que l'action diplomatique, tant par l'incapacité de notre diplomatie, que par l'interlocuteur local en Lybie, soit largement handicapée.
-Les roulements de mécanique du président français, jouant à Bush avec les anglais en proposant des bombardements, est exactement ce qu'il ne faut pas faire. D'ailleurs les "rebelles" sont les premiers à dire que toute intervention militaire extérieure n'est pas souhaitable.
Ce qui est terrible, c'est que la position de Nicolas Sarkozy est un nouveau voile jeté sur la solidarité nécessaire avec le peuple libyen.
-La nécessité d'une position commune de l'ONU, l'implication de la ligue arabe et de l'union africaine devraient être un objectif affirmé.
-Un principe qui n'est pas celui d'ingérence toujours dicté par des intérêts particuliers: le soutien nécessaire à des populations bombardées en interdisant le vol des avions et pour cela en prenant les mesures adéquates. 
De ce point de vue il me semble que c'est aux libyens de mettre Kadhafi dehors, et à nul autre. Mais pour cela, l'aide et la protection des populations n'est-elle pas nécessaire? Il serait tellement plus simple que les tunisiens par exemple ou les égyptiens qui ont réglé leur compte à Ben Ali et à Moubarak prennent en charge cette nécessité, mais ce n'est pas le cas pour le moment. Un mouvement ouvrier organisé pourrait y aider, mais il n'y a pas de tel mouvement internationaliste.
N'est-il pas à craindre qu'hors de cette position le sort de ces populations ne soit joué?

Bien amicalement
JC



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato