S'identifier - S'inscrire - Contact

Barbarie et civilisation

Lettre bernoise 39

Par Gabriel Galice •  • Dimanche 11/03/2012 • 0 commentaires  • Lu 1421 fois • Version imprimable


Monsieur le Député Letchimy,

Je comprends votre courroux face à l’outrage perfide, pernicieux, du sinistre Guéant, spécialiste des coups tordus, fanatique des expulsions aveugles et des propos infâmants pour complaire à un électorat borné. Vous avez cité Montaigne, posé des questions pertinentes et fait la distinction judicieuse entre civilisation et régime politique. Les périodes électorales ne sont pas les plus propices aux raffinements intellectuels ni aux subtilité sémantiques.

Une civilisation ne se réduit pas à des discours, à des préceptes moraux plus ou moins pratiqués. Elle associe des dispositifs symboliques et techniques, réels, imaginaires ou symboliques, organisationnels et sociaux. Samuel Huntington confond civilisation et religion, comme si les musulmans d’Indonésie ressemblaient à ceux d’Arabie Saoudite, comme si l’Opus Dei communiait avec la théologie de la libération. La contorsion d’Alain Juppé approuvant Fillon et Guéant tout en tenant le terme civilisation pour inadapté illustre la confusion. Une civilisation ne se réduit pas à des pratiques inhumaines, violentes, inacceptables comme l’excision des fillettes ou la lapidation des femmes. Une théocratie ne vaut pas la laïcité. Mais sont-ce des civilisations ?

Les Lumières ne sont pas responsables d’Auschwitz mais les génocidaires nazis, outre Wagner, prisaient Bach et Beethoven. Jules Ferry tenait la colonisation pour une mission civilisatrice tandis que les Généraux Cavaignac et Bugeaud enfumaient les populations algériennes (femmes et enfants inclus) cent ans avant les tortures de parachutistes français.

Que vaut une « civilisation » qui laisse mourir de froid des êtres humains à la rue, licencie massivement sans autre motif que l’optimisation du cours boursier, prive de travail et de foyer pour combler des actionnaires repus ?
Sont-ils civilisés, ces expatriés fiscaux qui renient leur patrie, bafouent le suffrage universel et la démocratie pour faire prévaloir leurs intérêts privés sur l’intérêt général, même discutable ? Guéant serait inspiré de proposer une loi qui les déchoirait de leur nationalité ceux qui n’y ont pas renoncé. L’article XIII de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, un pilier reconnu de notre civilisation, prescrit : « Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés. »
 

A ceux qui voudraient prendre un peu de hauteur et de recul et à vous-même, Monsieur le député Letchimy, je recommande les exposés (en 1929) de « Civilisation. Le mot et l’idée »

http://classiques.uqac.ca/classiques/febvre_lucien/civilisation/civilisation_idee.pdf

Ils apprendront que l’on disait jadis policé pour civilisé. Le mot civilisation, à défaut du concept construit, apparaît en 1776 dans un ouvrage posthume de Monsieur Boulanger. Furetière aborde la notion sous l’angle sociologique « Les paysans ne sont pas civilisés comme les bourgeois, et les bourgeois comme les courtisans. » D’Holbach en 1773 : « Une nation se civilise à force d’expériences. (…) La civilisation complète des peuples, et des chefs qui les commandent, la réforme désirable des gouvernements, des moeurs, des abus ne peuvent être que l’ouvrage des siècles, des efforts continuels de l’esprit humain, des expériences réitérées de la société. »

Sarkozy avait déjà dévoyé la notion de civilisation, s’attirant la réplique de Sami Naïr, coauteur avec Edgar Morin, du livre Une politique de civilisation. Naïr en tira un nouveau livre : Un détournement : Sarkozy et la « politique de civilisation.

Même dans la façon de faire la guerre, des peuples dits primitifs assignaient souvent des limites à la violence, tandis que des prétendus civilisés usent de l’arme atomique sur des populations civiles et pratiquent la guerre totale.
Puisant dans la tradition allemande, Thomas Mann opposait la Kultur s’adressant à l’âme de la Zivilisation, centrée sur la technique, destinée aux masses.
La Civilisation est l’humanisation de l’humain,  le progrès général des hommes et la dignité des êtres humains de toutes cultures (ou civilisations avec un c minuscule)

Ainsi, dire que les civilisations se valent ou non est imprécis et insensé. Que les hommes ne se comportent pas tous avec la même dignité, le même respect d’autrui, est un fait avéré, lui : Guéant est (avec Hortefeux, son prédécesseur dans la fonction) l’âme damnée de Sarkozy depuis une décennie,  un barbare encravaté.

La France pavoise : l’acteur Jean Dujardin et le film The Artist sont les stars des Oscars d’Hollywood. L’intensif lobbying s’est avéré payant. Serait-ce avoir l’esprit chagrin ou seulement critique de relever que le film muet mérite Hollywood aussi en ce qu’il lui rend hommage, qu’il évacue la parole (donc la langue) et facilite ainsi la diffusion (donc le marché) ? Le coup de génie est autant commercial qu’artistique : silence on tourne, silence on vend. La civilisation est-elle vouée au mutisme ou au vacarme ?
Je vous assure, Monsieur le Député Letchimy, des mes salutations républicaines.
Berne, le 10 mars 2012

Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato