S'identifier - S'inscrire - Contact

Comité de soutien à Mathurin Levis, candidat de "France Insoumise" dans la 11ème circonscription des Yvelines...

Déclaration de Denis Langlet, syndicaliste à Trappes et environs

Par Denis Langlet •  • Lundi 29/05/2017 • 0 commentaires  • Lu 1160 fois • Version imprimable


Electrices, électeurs

Il est peu habituel qu’un syndicaliste accepte de présider le comité de soutien d’un candidat aux élections politiques, ici les prochaines élections législative, comme il est peu habituel qu’il s’adresse à tous les citoyens. Pas de liberté sans syndicat libre. Pas de syndicalisme libre sans liberté totale de tous les citoyens. Chacun est à même d’imaginer ce que serait une société sans syndicat.
La participation en 1963 à la campagne nationale de solidarité avec les mineurs de lorraine en grève totale fut mon premier engagement syndical. Cette grève et son extension aux mineurs du Nord, appuyée par la solidarité financière et interprofessionnelles, réussit à faire reculer le gouvernement de l’époque. L’action au sein des Comités d’action lycéen en 1968 puis dans l’UNEF, syndicat étudiant sera suivi de l’adhésion dans les syndicats confédérés, d’abord des hôpitaux de Marseille puis ceux de la métallurgie de la Région Parisienne et du développement d’une Union locale à Trappes en tant que retraité. C’est à ce titre que j’ai pris cette responsabilité exceptionnelle pour un syndicaliste, et c’est avec l’expérience acquise dans ce parcours que je lance cet appel solennel !
Les élections sont souvent considérées comme un des moments importants de la démocratie dans un pays. Les élections présidentielles des 23 avril et 7 mai 2017 dans notre pays ont mis en évidence que les institutions actuelles de la Vème République ont permis au « monde de la finance » d’hériter d’un nouveau président issu de ses rangs et lui assurant la poursuite de la politique actuelle malgré son rejet massif et ultra majoritaire : C’est l’opération MACRON !

Macron, sélectionné par Hollande, auprès duquel il est lui-même l’homme des banques mondialisées, arrive en tête au 1er tour par la mise en action des moyens immenses possédés par ces donneurs d’ordre : média découvrant Macron classé homme de la situation, propulsé homme neuf par les restes d’appareils de partis en déroute cherchant auprès du CAC40 et du Dow Jones des missions mêmes temporaires afin de perpétuer leur parasitisme…

Le plus dur est fait. Son élection au 2ème tour fut assurée par une nième application de la tactique bien connue: Propulser le FN et sa candidate sur le devant de la scène, faire jouer le chœur des cassandres agitant le souvenir ,des heures noires des années 30 et des années 40/45 et ainsi « un train pouvant en cacher un autre », le train Macron, rempli par et avec les débris des partis institutionnels, et propulsé par l’anti-le Pen appelé « le sursaut républicain », arrive en gare de l’Elysée sous l’œil ému de leurs inspirateurs.

Cette opération inclut la volonté délibérée de nier le fait le plus marquant et le plus spectaculaire du premier tour de ces élections, les 7 millions de voix pour Jean Luc Mélenchon et France Insoumise ; ainsi qu’au 2ième tour, les 16 millions d’inscrits n’ayant voté ni Macron, ni Le Pen, exprimant le refus du piège tendu.

Les postulants au poste de premier ministre macronesque se promettent d’agir vite et fermement en remplaçant le recours à l’article 49.3 par une discipline sans faille du groupe parlementaire, et dans le consensus d’une union nationale intégrant les syndicats pour détruire le code du travail et soumettre un peu plus toute la société, toutes les activités au « monde de la finance ». La suite serait connue, si, si, si… A peine élu, répétant les injonctions patronales et transnationales, M Macron cible le code du travail à détruire dans l’urgence par la méthode des ordonnances.

Mais il n’a pas fallu attendre longtemps pour mesurer combien cet attelage est fragile avec pareil équipage. La raison en est simple. Lors de ces élections, une fois de plus, une très large majorité d’entre nous s’est prononcée contre la politique de l’UE et BCE (Banque Centrale Européenne.) Une fois de plus, mais à un niveau jamais égalé, la politique poursuivie depuis des années par la droite et par la gauche en alternance est ultra majoritairement rejetée.

Cette politique, dictée par les banques et les multinationales, sacrifient les uns après les autres les acquis collectifs, les besoins élémentaires du plus grand nombre. Après ces élections, tous les partis, à l’exception du rassemblement de la « France insoumise », sortent disloqués ou ont explosé et les sortants sortis. La nième tentative de remettre au centre tous ceux, dans le mouvement syndical, qui sont les partisans systématique des contre réformes décidées par l’Union européenne, a échoué lors du 1° mai.

Pour l’heure, la priorité est de faire échec à l’opération Macron
  • Etablir les conditions de la mise en œuvre de la démocratie, par notamment la convocation d’assemblées locales.
  • Que la France lance un appel à la Paix, tout de suite, maintenant en s’engageant à se retirer elle-même de tous les théâtres d’opérations militaires en cours. Agir pour la paix maintenant, c’est contribuer à porter un coup d’arrêt aux migrations forcées et provoquées par les bombardements. C’est aussi directement œuvrer pour la sécurité des citoyens et du pays.
  • Aux législatives, la démocratie c’est exiger que soient substituée aux institutions actuelles de la V° république, une assemblée de députés révocables et mandatés.
  • - Abrogation de la loi travail et de toutes les lois anti syndicales incluant l’annulation des sanctions contre les syndicalistes.
Denis Langlet
Le 15 mai 2017


Votons pour Mathurin LEVIS candidat de France Insoumise 11éme circonscription

 

Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato