S'identifier - S'inscrire - Contact

Entre la grippe A et Roselyne Bachelot, les Français ne savent plus laquelle craindre le plus

Communiqué du Mouvement « ensemble pour une santé solidaire »

Par la-sociale • Actualités • Vendredi 18/12/2009 • 6 commentaires  • Lu 2339 fois • Version imprimable


L’association “ensemble pour une santé solidaire” a envoyé ce jour à la Ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, une lettre reprenant les questions qui se posent dans la population et le monde médical au sujet de la grippe H1N1, et de la politique des autorités sanitaires sur le sujet.

Alors que, dans le monde, 10 000 décès sont à ce jour attribués au virus H1N1 (contre 250 000 à 500 000 décès liés à la grippe saisonnière) et 126 décès étaient recensés en France au 8 décembre (contre 600 liés à la grippe saisonnière selon les certificats de décès), peut-on aujourd’hui parler de pandémie ?

Les vaccins ont obtenu une autorisation de mise sur le marché à titre exceptionnel, exception justifiée par l’urgence liée à la pandémie. L’exception demeure-t-elle la règle lorsque les motifs la justifiant se révèlent caducs ?

Nous demandons à la ministre une information sur le vaccin, sur son principe actif et sur ses adjuvants, ainsi que la communication d’éventuelles études sur les femmes enceintes et les bébés, pour lever la contradiction entre les documents de l’affsaps, qui indiquent que ces études n’ont pas (encore ?) été menées, et les documents du ministère qui laissent entendre que oui…
le bénéfice-risque pour les français est-il encore en faveur d’une large vaccination ?

Nous demandons aussi des explications sur l’organisation de la vaccination, qui nous semble être non seulement disproportionnée face à la réalité de l’épidémie, discutable sur le plan sanitaire, mais aussi –et surtout- porter en germe des attaques contre la démocratie : opacité, incohérences, communication biaisée, réquisitions, appel à la « citoyenneté » pour inciter les sceptiques à se faire vacciner…

Enfin, suite à l’annonce récente de la préconisation d’une prescription systématique et gratuite d’antiviraux spécifiques en cas de « suspicion de grippe » par la Direction Générale de la Santé, décision gouvernementale de prescription systématique d’un traitement même en l’absence de grippe avérée, nous exprimons notre étonnement et nos doutes !

Outre le fait que le fabricant du Tamiflu déconseille formellement la prescription préventive, la prescription massive au Japon et aux USA, et plusieurs études internationales font apparaitre des effets indésirables psychiatriques graves, qui justifient, selon eux, une grande prudence dans l’administration de ce traitement.

Nous nous inquiétons de la recommandation par la DGS de prescription d’un antiviral pour les enfants de moins de 1 an et les femmes enceintes, s'ils ont été en contact étroit avec une personne infectée, alors qu’il n'existe pas de données suffisamment pertinentes concernant l'utilisation d'oseltamivir chez la femme enceinte ou allaitante

Enfin, même si la question est secondaire par rapport aux précédentes, nous nous interrogeons sur la décision de l’Agence Européenne du Médicament d’augmenter la durée de vie du médicament de 5 à 7 ans au moment ou certains stocks approchaient la date de péremption, sans tests garantissant l’efficacité et l’innocuité du produit après 5 ans de vie… ?
La responsabilité de la ministre de la Santé ne serait-elle pas de privilégier le principe de précaution ?

Nous demandons également à la Ministre de communiquer publiquement le coût financier direct et indirect de cette opération (heures de travail, primes, heures supplémentaires, communications, arrêts de travail consécutifs à la vaccination..

Nous demandons une information transparente sur les aspects sanitaires des choix gouvernementaux d’une vaccination de masse, organisée totalement à l’écart des services de santé usuels : médecin traitant et services hospitaliers, ainsi que sur la prescription massive de Tamiflu (effets secondaires, immunité future sur les prochaines épidémies grippales… ?)

Nous rappelons à la Ministre qu’il s’agit de notre santé. La santé individuelle de chacun, l’état sanitaire de la collectivité, et aussi la santé publique, financée avec l’argent de nos impôts et de nos cotisations sociales, et que, en qualité de Ministre de la Santé, elle a le devoir et la responsabilité (y compris pénale) :
• de prendre en compte ces trois dimensions.
• d’informer les citoyens avec honnêteté et transparence, sans dissimuler des éléments de manière à fausser leur « consentement éclairé
• de respecter et faire respecter la liberté de disposer de son corps. Aucun traitement médical ni vaccin ne peut être imposé à un citoyen qui le refuserait.
• d’être garante de l’utilisation des deniers publics.

Nous demandons donc à la Ministre, afin de lever la confusion et la crise de confiance, d’apporter aux citoyens les éléments leur permettant de vérifier que la gestion de la pandémie sous son autorité
répond bien à ces exigences sanitaires et démocratiques ?

Pour le Mouvement Ensemble pour une Santé Solidaire
http://ensemblepourunesantesolidaire.fr
Bruno-Pascal CHEVALIER - 06 89 18 01 77 –
Cécile MOUTTE - 06 10 73 83 99
Eric TAILLANDIER – 06 29 73 78 00


Lettre à Roselyne Bachelot


Partager cet article


Commentaires

il fait froid l'hiver ? On s'enrhume? et en 1953 ?2010 services publics par quent1 le Vendredi 18/12/2009 à 19:14

sortez de la vieille grippe aviaire et de la plus récente porcine et des vaccins non sains, comment soigner un otite, comment vider les Poubelle-s, comment assurer l'école primaire, le collège, le lycée, les crèches, comment sabler ou saler les avenues et rues ne dépendant de la DDE, comment assurer les transports urbains, les transports régionaux ou départementaux,comment se rendre en zone "franche" où presque tous les soignants "libéraux"déménagent pour échapper aux charges sociales, etc., quand en province, y compris dans les chefs-lieux il neige et gèle à fendre l'âme, en attendant les milliers de prochaines victimes d'une canicule printanière ou estivale à venir suite à un congrès mondial traitant du "réchauffement planétaire", un lourd ou léger décret hivernal  vient de passer sous les portes d'appartements et maisons chauffées : en présence de l'arrivée innatendue et si fortuite de Monsieur tout blanc général hiver ne sortez plus de chez vous jusqu'à nouvel ordre contradictoire qui passera par voie de décret je ne sais quel jour de l'an 10...Ma ville de 60 000 hab, comme d'autres villes provinciales, est paralysée pour quelques millimètres de neige, les commerçants de centre ville, dont la bonne librairie, dépriment sévère, centre ville comme alentours non déneigés, c'est ça le progrès du siècle! Hiver 53 ? Hiver 2010 et sans abris, combien de victimes ? Enfin seul mon facteur PTT et piétonnier,bien que malade passe 1 jour sur 2, alors tout baigne dans le dégel à venir

 Le scandale de l’industrie pharmaceutique

« On lance de nouvelles maladies comme on lance une marque de jeans »

« En France, cela se passe comme aux États-Unis »


BRAVO "Ensemble pour une santé solidaire" par Michèle78 le Vendredi 18/12/2009 à 19:36

 
A savoir que moi, je crains les deux !!! 

Donc, pas de vaccination même si je suis considérée, par mes Médecins,  commme Personne à risques ... de toute façon, je n'ai pas reçu de convocation (organisation géniale ).  

Où va t-on ? Bientôt, il faudra choisir notre Médecin "référent" parmi les Politiques si çà continue ainsi ... 














par Anonyme le Samedi 19/12/2009 à 21:39

Et si la grippe était trés sarkoziste ! Jacques Cotta
 
(...)
 
Bien sûr, il existe un but politique et social à tout ce dispositif. (...)
 
Le virus doit permettre de passer à un stade supérieur. Déjà sont victimes de la politique en œuvre les plus pauvres et les plus démunis suspectés de  « frauder », les malades « fainéants » en arrêt de travail, les accidentés du travail qui devront payer des impôts sur les indemnités journalières pendant que le bouclier fiscal est maintenu, renforcé, les malades chroniques qui une fois « guéris » devront sortir du système ALD, même d’ailleurs si des suites de leur Sida, Cancer, ou Hépatites nécessitent des soins permanents et coûteux, les malades mentaux de plus en plus enfermés, les précaires, chômeurs, travailleurs pauvres… Ce que le dispositif « virus » vise, n’est-ce pas en réalité la réalisation des conditions politiques permettant d’appliquer les mesures dont sont déjà victimes des millions et des millions à plus encore… N’est-ce pas tout simplement la réalisation des conditions d’une grande régression et répression sociale, nécessaire pour répondre à la crise financière et économique qui frappent? (...)
 


H1N1 par Lepers Dejehansart le Dimanche 20/12/2009 à 06:44

MERCI+++++++++++++++++++++++++++
LEHMANN,COTTA,MOUTTE CHEVALIER ET TAILLANDIER :
AUTANT DE "CHEVALIERS AU MIROIR"

La dernière : 
Dernier CA du 16/12/ 2009 au  CHRU de Montpellier  mèdecins administrateurs (2 ) affirment  :
" Le vaccin de la grippe H1N1 est le même que celui de la grippe saisonnière "
Politiq du CHRU = politiq gouvernementale  
On sait celle ci diaboliquement stratégique son ultime  but  ; marchandiser la santé = casser  SP et donc SECU d'ou  
la politique de la peur menée pour le citoyen lambda   
= place de l'usager = oui amen
(impossible en + car  Libre Penseur ! )
Tâche ardue / je ne pèse pas lourd    et ce     d'autant plus certification V10 en cours mais 
"RESISTER SE CONJUGUE(RA) TOUJOURS AU PRESENT " Lucie Aubrac

SVP 
judicieux de visiter aussi sites :
www.labandepassante.org
www.lautrecampagne.org
et celui des Etats Généraux de la Justice Pénale

A TRES  BON  ENTENDEUR 
LEPERS DEJEHANSART 0674386499 re-conciliation@wanadoo.fr
suggestion : (je) Marche sur Paris Défense Tous Services Publics confondus  27 Mars avec les "Ni pauvre ni soumis"


Grippe H1N1 - Décompte macabre par Anonyme le Lundi 21/12/2009 à 11:06

 
14 Dec. 2009

Grippe H1N1 - Décompte macabre

Après la confusion sur l’information nous assistons à sa dramatisation avec le décompte hebdomadaire des morts. Ces annonces macabres sont reprises avec délectation par les médias : 22 morts en une semaine !

Mais que veut dire ce chiffre ?
Si le taux de mortalité de la grippe H1N1 devait être celui de la grippe saisonnière
(estimé à 0,1%) nous devrions avoir 850 morts par semaine, soit un cumul de 4500 depuis le début de l'épidémie (source GROG 850000 cas hebdomadaire 4,5 millions depuis le début de l’épidémie). Ce faible taux de mortalité de la grippe H1N1 est connu au moins depuis septembre par l’étude de l’épidémie dans l’hémisphère sud et en Amérique du nord. N’aurait-il pas du entrainer une modification de la stratégie vaccinale et inciter à concentrer les efforts sur les personnes réellement à risque, qui sont les mêmes que lors des grippes saisonnières, plutôt que de l’élargir avec tant d’empressement aux lycéens et collégiens ?

Dernière annonce en date, le traitement par Oseltamivir de toutes personnes présentant un syndrome grippal. Sur quelle base repose cette directive ? Les informations que nous avons sur ce type de traitement est qu’il n’existe aucune preuve de son efficacité que ce soit en préventif, en curatif contre les complications ou pour limiter la contagiosité. Comme tout médicament celui-ci a des effets indésirables le plus souvent bénins mais parfois graves. Le fait de prescrire tout azimut va augmenter les risques pour un bénéfice inconnu et possiblement nul d’autant que nombre de patient présentant un syndrome grippal ne sont tous infectés par le virus H1N1.

Nous médecins, avons été habitués à agir à partir de données statistiques nous permettant de peser le bénéfice et le risque de nos décisions, cette directive publiée sans argumentaire nous donne l’impression de servir la santé de la politique plutôt qu’une politique de santé.
 
Gilles GABILLARD
 



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato