S'identifier - S'inscrire - Contact

Etat d'urgence et journalistes...

Campagne pour la levée de l'état d'urgence n°2

Par Jacques Cotta • Actualités • Dimanche 06/12/2015 • 0 commentaires  • Lu 1356 fois • Version imprimable


Chaque jour l’état d’urgence apparait pour ce qu’il est : une entrave aux libertés démocratiques, libertés syndicales, associatives, politiques…

Après les provocations de la place de la république qui ont permis à la police de matraquer et d’arrêter des centaines de manifestants -« car c’est l’état d’urgence » ont justifié Hollande, Valls ou encore Cazeneuve- au Grand Palais à Paris, rebelote ! « Etat d’urgence » est synonyme de Bombes lacrymogènes, matraques, coups de poings contre des visiteurs en discussion devant les stands de grandes firmes venues vanter leur souci écologique !

Il a été dit que la presse n’était pas concernée par « l’état d’urgence ». Quelle mansuétude ! Il n’empêche que la présence de reporters là où les forces de l’ordre les trouvent encombrants est « payée » cash !

Dans la foule du Grand Palais, un policier en civil s’en prend à un appareil photo d’un violent coup de coude. Résultat, le photographe professionnel se retrouve à l’hôpital Saint-Louis pour se faire poser quelques points de sutures. D’autres journalistes sont virés manu militari, certains frappés ou  chassés à coups de pied. Selon le témoignage d’un touriste agressé, une journaliste de l’Agence France Presse et une autre de « Reporterre » ont été évacuées avec violence et pour cause. Elles faisaient leur métier, recueillant faits et témoignages pour informer. « Ces dernières étaient identifiables et de toute évidence ont été clairement visées », dit la touriste interloquée.

Sur le trottoir, une journaliste états-unienne de Vice News éjectée du Grand Palais se retrouve en larmes, choquée par le spectacle. « Certaines personnes qui essayaient de sortir de la nasse des gendarmes ont été poussées et ont reçu des coups de pieds des gendarmes »… 


Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato