S'identifier - S'inscrire - Contact

Le ministre de la police, les pilleurs et les honnêtes gens

Lettre genevoise 15

Par Gabriel Galice •  • Samedi 23/10/2010 • 1 commentaire  • Lu 1436 fois • Version imprimable


« La France n'appartient pas aux casseurs, elle n'appartient pas aux pilleurs, ni aux caillasseurs ; la France appartient aux honnêtes gens qui travaillent dignement. Contre les voyous, nous n'avons qu'une seule réponse : l'autorité de l'État et l'exemplarité de la justice. Les lois sont faites pour être appliquées. L'État de droit sera protégé. » Brice Hortefeux 

 

A qui appartient la France aujourd’hui ? 

A une oligarchie renforcée qui s’approprie indûment l’intérêt général et l’Etat, fait tirer au flashball sur les lycéens (blessant grièvement à la tête un jeune homme de 16 ans), manipule l’impôt à son profit, favorise les rentiers fortunés au détriment des travailleurs indigents, privilégie les pilleurs et prédateurs, conteste de facto le droit de grève, mêle des policiers provocateurs aux cortèges et aux caillasseurs, prend le contrôle de la télévision publique et intrigue pour renforcer son influence sur la presse écrite, envoie des barbouzes espionner dans les locaux d’un quotidien réputé, maintient en fonction un ministre douteux, charcute l’administration territoriale pour minorer l’opposition au prétexte d’économies budgétaires, transfère aux collectivités territoriales des charges sans affecter les moyens correspondants, remet insidieusement en cause la décentralisation, etc.

Le Temps de ce jour sollicite l’expertise de Daniel Cohn-Bendit. Le soixante-huitard sexagénaire déploie sa finesse ordinaire « Manifester, descendre dans la rue, c’est une spécificité française, comme le vin rouge et le camembert. » Il est permis d’aller plus loin. M. Hortefeux en appelle à la légitimité électorale contre la contestation de la rue. Leur légitimité élective est à géométrie variable puisque nos dirigeants ont mis au panier (avec l’approbation de l’opposition) le refus par les Français du traité constitutionnel européen par l’adoption du traité de Lisbonne qui en est une copie allégée. La démocratie est malmenée dans toutes ces dimensions, la République est bafouée. Dans ce contexte délétère, je recommande la lecture de l’ouvrage collectif dirigé par Hourya Bentouhami et Christophe Miqueu : Conflits et démocratie Quel nouvel espace public ?(L’Harmattan) A ceux qui se sentent stigmatisés par le ministre de la police, je suggère particulièrement l’article de Gérard Bras : « Le peuple dans tous ses états ». Le peuple, ce sont ces honnêtes gens qui protestent, font grève, manifestent, soutiennent les grévistes, résistent aux mensonges officiels qui atteignent des sommets inégalés depuis des décennies.

L’Etat de droit que Monsieur Hortefeux prétend protéger est bafoué par ses acolytes et par lui, aussi enclin à nous faire prendre des vessies pour des lanternes qu’à confondre des empreintes digitales avec des empreintes génitales.

 
Gabriel Galice – 23 octobre 2010

Partager cet article


Commentaires

La turpitude des gouvernants par Julien Bézy le Lundi 25/10/2010 à 11:25

Les gouvernants par leur turpitude se sont déhonorés, oui l'affaire Woerth-bettancourt, les mensonges sur les pompes à essence, la réprimande des lycéens puis la représsion par la police... Tout cela est tropet se ressent dans le sondage de popularité du Président de la République. Oui des gens honnêtes manifestent dans les rues, des lycéens aussi. Oui des ouvriers font la grève, c'est leur droit, surtout si les gouvernants sont aussi cupides.



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato