S'identifier - S'inscrire - Contact

Le nez de Cléopâtre

Lettre bernoise 40

Par Gabriel Galice •  • Lundi 04/06/2012 • 0 commentaires  • Lu 1332 fois • Version imprimable


« Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé » écrit Pascal, non sans un doigt d’excès.

Appendice pour appendice, la chute du papillon DSK vient illustrer l’effet du battement d’ailes tournant en tornade. Le fait inquiète et rassure.

Il inquiète dans la mesure où des dirigeants socialistes avaient scellé le pacte de Marrakech sans ignorer les faiblesses comportementales de la diva des sondages. Il inquiète aussi (et surtout) car DSK est l’incarnation de l’orthodoxie financière, nonobstant quelques aménagements cosmétiques. L’homme était le candidat idéal de la bourgeoisie : embobiner la gauche en séduisant la droite.

Le fait rassure en ce qu’il montre que le pire n’est pas sûr, que tout n’est pas joué d’avance dans l’histoire des hommes. Nafissatou Diallo a fait dérailler le train des certitudes de l’establishment.

François Hollande s’est vu offrir une fenêtre de tir pour faire valoir sa banalité face aux deux histrions hystérisés de la droite et de la gauche.

Il affronte Angela Merkel, Thatcher allemande, qui fustige les déficits grecs après leur avoir vendu tant de matériel militaire inutile, ainsi qu’à leurs rivaux turcs d’ailleurs ; qui prône le serrement des crédits aux banques quand les banques allemandes sont les premières et les plus nombreuses à solliciter les largesses de la BCE.

Manuel Baroso ne vaut guère mieux, passé, via son mandat de premier ministre de droite portugaise, de la dogmatique maoïste de sa jeunesse au dogmatisme financier européiste.

Sous le titre “Killing the euro-patient?”, The Economist du 2 juin brocarde “Senior Eurocrats see this as evidence that the system of economic governance is working.” Il s’est heureusement trouvé un professeur de finance et d’éthique grenoblois, Denis Dupré, pour publier dans Le Temps du 17 février un article iconoclaste intitulé « La création monétaire ne doit pas être un crime contre les peuples. »
Qui veut sortir des discours libre-échangistes convenus consultera utilement le site http://www.manifestepourundebatsurlelibreechange.eu/

Malgré les mises en garde de la presse bien-pensante, le président Hollande eut le mérite de nommer le « noniste » gaullo-miterrandiste Fabius à la tête du Quai d’Orsay. Dans une logique atlantiste, Sarkozy a rompu la tradition gaullo-mitterrandiste en réintégrant la France dans le commandement militaire intégré de l’OTAN et le candidat Hollande ne s’est hélas pas engagé à l’en soustraire. Au sommet de l’OTAN, le président Hollande a même avalisé le projet de bouclier anti-missiles.

Et en Suisse ? Le peuple sera consulté le 17 juin sur une initiative de l’ASIN (Association pour une Suisse Indépendante et Neutre) exigeant une ratification par le peuple des accords internationaux. La droite et la gauche convenues y sont hostiles (« Trop de démocratie tue la démocratie ! »), la droite dure et la gauche ferme ( « Le Parti Suisse du Travail - Parti Ouvrier et Populaire estime qu’au vu de ce qu’est l’Union Européenne et des liens qui l’unissent à la Suisse il n’est pas politiquement possible de donner carte blanche au Conseil fédéral et à l’Assemblée fédérale pour définir la politique étrangère de la Suisse et qu’il est au contraire nécessaire de renforcer le contrôle démocratique par le peuple ») y sont favorables. En cette année commémorative du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, rappelons que le citoyen de Genève écrivait : « Toute loi que le peuple en personne n’a pas ratifiée est nulle, ce n’est point une loi. »

Les Irlandais vont voter sur le plan d’austérité européen. S’ils votent « mal », ils voteront à nouveau, comme d’habitude ?

Une hirondelle hollandaise ne fait pas assurément le printemps des peuples français, grecs, suisses, irlandais et autres. Avec ou sans le nez de Cléopâtre, l’histoire des peuples continue.

Berne, le 2 juin 2012.


Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato