S'identifier - S'inscrire - Contact

Louisiane, Pétrole, Souvenirs

Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Vendredi 30/04/2010 • 0 commentaires  • Lu 1609 fois • Version imprimable


Carolyn Kemp est une grand-mère dont j’ai cherché le nom un bon moment. D’abord sur le journal Times Picayune mais Bob Marshall a tant à faire qu’il ne peut s’arrêter à une grand-mère. Puis ici ou là, et enfin j’ai vérifié que Carolyn Kemp née à Monterrey se retrouve sans son petit-fils, son grandson, su nieto. Roy Wyatt Kemp avait27 ans et comme tant d’autres, à chaque départ vers la plateforme, son cœur se serrait. A présent son cœur s’est arrêté, il est parmi les onze disparus suite à l’explosion de la plateforme pétrolière. Carolyn Kemp est née à Monterrey, pas le célèbre Monterrey sur la frontière mexicaine mais le simple, si simple Monterey de Louisiane. Peut-être que son mari et son fils firent eux aussi le voyage hebdomadaire vers la plateforme. Ce qui est sûr c’est que son fils ne fera plus le voyage. 

Les survivants disent qu’ils ont vu subitement des scènes de guerre.

Roy, je ne l’ai pas connu personnellement mais j’en ai connu tant d’autres comme lui dans les bayous. L’or noir de la survie, pour qui doit gagner trois sous qui étaient plus que trois mais même de bons salaires n’effaçaient pas la crainte. Et si…

Aujourd’hui ils disent Gulf oil slick, marée noire de merde, marée de merde plus que noire. La BP, la bipi, le fric sent le pétrole et le drame gronde. Et en musique de fond pendant que j’écris le journaliste parle de la catastrophe NATURELLE et j’enrage d’un cran en plus.

En cajun ils disent la chevrette, les bateaux tournent sans cesse sur la mer, suivis d’un vol d’oiseaux très agités pour récupérer les rejets. Les rois de la crevette pleurent partout sur les bayous. Pas besoin d’écouter les bulletins d’information pour savoir la vérité. La mer, les marécages, le moindre trou d’eau, ils en connaissent les secrets les plus incroyables. J’adore écouter le peuple parlant de son travail : des sommes de connaissances illisibles.

Sur le journal Times Picayune Bob Marshall a tant à faire qu’il ne peut s’arrêter à un pêcheur de crabes.

Le Golfe du Mexique danse sur toutes ses rives aux sons du paradis. En Louisiane c’est le fait dodo rythmé par l’accordéon fou. Aujourd’hui la chanson va se faire plus mélancolique, aujourd’hui le blues va effacer le jazz, aujourd’hui la bipi est devenue Satan.

Achafalaya si le pétrole vient jusqu’à toi, après Katarina tu ne te relèveras pas. Une société s’enfonce, j’entends mille douleurs. Personne n’est là très révolutionnaire, presque personne ne veut y voir au-delà d’une party de bière, pourtant ce puits inépuisable, ces milliards envolés, ce drame c’est pas matière à penser, matière à révision d’habitudes trop établies ?

Les téléphones ont chauffé, les experts les plus experts sont à pied d’œuvre, et déjà un réalisateur de film pense à un scénario génial.

Jusqu’à quand ce monde va-t-il oublier celui qui travaille ? Ou penser à lui seulement pour l’exploiter ? Je me souviens d’une terre promise, j’ai cherché son nom un bon moment, Carolyn Kemp pense qu’elle n’est pas sur notre planète. Pourtant elle s’appelait Caraïbe…

28-04-2010 Jean-Paul Damaggio


 


Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato