S'identifier - S'inscrire - Contact

Sur les plages du Chili : Piñera le Piñara

Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Samedi 02/01/2010 • 2 commentaires  • Lu 1572 fois • Version imprimable


En ce 1er janvier 2010 j’aurai bien aimé vous envoyer en direct des nouvelles de l’été chilien, mais je dois me contenter de quelques commentaires à la lecture du quotidien local : La Nacion.

Vous devinez que ma motivation tient au fait que tous les yeux sont braqués sur la date du 17 janvier, le deuxième tour de l’élection présidentielle et que depuis le premier tour les secousses politiques touchent presque tous les partis. Alors Frei ou Piñera ? Faut-il éviter le plus pire ?

Le sort de l’élection est entre les mains de l’électorat de MEO, (Marco Enríquez-Ominami) le candidat qui a fait 20% et a ainsi bousculé le face à face traditionnel imposé par la Constitution de Pinochet (voir mon article précédent). MEO a déclaré que les électeurs sont libres de leur vote et qu’en conséquence il ne donnait pas de consigne. Depuis, au sein de la Concertación qui présente Frei, il y a eu deux démissions de dirigeants de partis, mais pas pour les plus gros (PS et DC) qui préfèrent attendre le lendemain du second tour pour reconnaître leur défaite. Cette autocritique vise à faire reculer le risque d’abstention d’une partie de la gauche mais jusqu’à quel point ?

Autre secousse : Piñera a déjà récupéré deux piliers de l’équipe de MEO, son conseiller économique Paul Fontaine et un avocat Pedro Anguita. Ils pensent récupérer un quart de l’électorat de MEO ce qui peut suffire pour accéder à la victoire. Ces transfuges n’étonnent personne puisque le dit Paul Fontaine était depuis longtemps un ami de la famille Piñera dont il fut l’employé. Paul Fontaine vient de rappeler que déjà son père Ernesto était un ami de la famille en tant que professeur de José Piñera le frère du candidat actuel, et ancien ministre du travail de Pinochet. Bref, le 21 décembre 2009 autour d’un café pris dans le Starbucks d’Isidora Goyenechea le pacte entre les deux dirigeants a été signé. Mais alors que faisait-il dans l’équipe de MEO ? Frei qui veut se placer au-dessus des partis, espère que le réflexe anti-droite va d’autant mieux jouer et rassembler autour de lui assez d’électeurs et d’électrices pour créer la surprise du second tour. 

Les victimes seraient-ils coupables ?

Là où l’argumentation des défenseurs de Frei me semble poser problème c’est quand, par avance, ils accusent les abstentionnistes de gauche du risque de défaite de leur candidat. En ne donnant pas de consigne MEO fait-il le jeu de la droite ? Etrange question de la part de gens de « gauche » qui depuis presque vingt ans, au quotidien et en étant au pouvoir, font le jeu de la droite ! Ils refusent de comprendre que le mouvement de MEO, dans son ambigüité, tente d’inventer un rapport non clientéliste à la politique. Ce membre du PS jusqu’il y a peu de temps encore, et dont Michelle Bachelet dit qu’il est en fait beaucoup plus proche de Frei que de Piñera, aurait pu aller demander un poste de ministre à Frei dans le cadre de négociations classiques d’entre deux tours, mais n’étant pas propriétaire d’un électorat, il préfère s’activer, par un nouveau voyage à travers le pays, un rare voyage d’après campagne, pour la construction d’une autre force politique. Les amis de Frei pensent que son refus de position le réduit à un animal politique mort alors que si Frei perd c’est dans son camp que les morts politiques vont se compter par milliers ! Une fois de plus il faudrait que les victimes de la politique des classes dominantes se culpabilisent, et il faudrait que les partis de gauche apportent de l’eau au moulin de cette culpabilisation en disant : votez pour le moins pire et ensuite nous le combattrons (ce que fait l’autre candidat de gauche Arrate). Après Berlusconi et Sarkozy nous avons là un autre exemple de piège tendu aux forces démocratiques : vite allons au moindre mal. Il est évident aujourd’hui qu’avant l’arrivée au pouvoir d’Hitler les divisions de la gauche furent criminelles mais criminelles de la part de qui ? Il faut mesurer les différences de situation : Berlusconi a déjà été battu deux fois dans des élections, pas Hitler. 

Frei fait de nouvelles promesses

Eduardo Frei ayant déjà été président qui peut croire ses nouvelles promesses ? En remerciant MEO d’avoir réussi à participer à l’élection, car sans lui Piñera aurait sans doute été élu au premier tour, il ferait mieux que des promesses, mais un candidat indépendant, ça dérange. Chacun attend à présent des surprises de dernière minute qui pourraient seules empêcher le retour d’un pinochetiste à la tête du Chili avec les conséquences pour tout le continent. Mais les moyens d’information de masse sont aux mains de Piñera puisque pendant vingt ans les seuls succès de la Concertación sur ce point furent la fermeture de journaux de gauche ! Le débat fait rage et son résultat fera école. L’électorat de droite a toujours été puissant au Chili, c’est la division à gauche qui est nouvelle. Le président de l’OEA, Insulza, est un Chilien socialiste qui avait pensé que sa destinée internationale lui servirait à accéder à la présidence mais les tractations internes l’éliminèrent. Tout un édifice est en jeu le 17 janvier. A suivre.

2-1-2010 Jean-Paul Damaggio

 


Partager cet article


Commentaires

Honduras par Anonyme le Dimanche 03/01/2010 à 11:03

 
 
Dans le Communiqué Urgent du Comité de Défense des Droits de l'Homme au Honduras, (Tegucigalpa, en date du 29  décembre) il est fait état de la dénonciation de persécutions à l'encontre de paysans du département de Colon,  membres actifs du mouvement de résistance au coup d'état (menaces d'hommes armés autour de leurs maisons), dans cette région où des centaines de paysans avaient pu récupérer des terres de la Réforme agraire, elles sont en ce moment accaparées de façon frauduleuse par des producteurs de palme, avec le soutien de policiers du gouvernement de facto.  Il est fait état également de l'ntimidation de journalistes (comme César Omar  Silva, arrêté le 28 décembre, interrogé, torturé  et relâché le lendemain).
D'une façon générale,  "la persécution sélective continue au Honduras, avec des détentions et des exécutions sommaires  de membres de la résistance contre le coup d'état".  De nombreux militants  de la résistance doivent de ce fait abandonner le pays.
 
"Le  CODEH,  lance un appel à la solidarité internationale pour qu'elle n'abandonne pas le Honduras alors que c'est maintenant que nous avons le plus besoin de son appui; nous avons besoin qu'elle nous indique les mécanismes pour sortir du pays, de façon urgente, les victimes potentielles qui pourraient perdre la vie dans ce scenario de mort et d'impunité, les mécanismes traditionnels connus que nous utilisons  étant en train d'être épuisés."
 
Le Comité des Familles de Détenus-Disparus du Honduras (COFADEH) de son côté, dans son Communiqué du 1er janvier, en appelle aussi à la communauté internationale "pour qu'elle ne quitte pas des yeux ce pays d'Amérique centrale et le déclare en alerte maximale en matière de droits de l'homme"  et souligne que si l'isolement économique, politique et diplomatique du régime putschiste diminue sa marge de manoeuvre, il accroît par contre la vulnérabilité de la population".
 
Comme le rappelait  par ailleurs  le président   Zelaya  (qui se trouve toujours, depuis maintenant 3 mois,  à l'ambassade du Brésil),  pendant les six mois du régime de facto, on a enregistré plus de 4 200 violations des droits de l'homme, 130 assassinats de membres de la résistance, cinq jeunes massacrés durant les manifestations et plus de 3 000 détentions. D'autre part, il faut aussi rappeler les menaces reçues par de nombreux organes de presse,  radios, dont deux d'entre elles, Radio Globo et Canal 36, furent fermées et occupés militairement.
 
Comité Alerte Honduras Paris http://www.alerte-honduras.org/
 
Solidarité Honduras Montpellier http://solidaritehonduras.blogspot.com/
 
Sébastien Madau,  journaliste http://frhonduras.blogspot.com/
 
 
 


Re: Honduras par Anonyme le Dimanche 03/01/2010 à 11:08

Solidarité Honduras à Montpellier

http://solidarite-honduras.blogspot.com/



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato