S'identifier - S'inscrire - Contact

Un cas d'école (suite)

Communiqué de la France Insoumise - Département de l'Eure

Par la-sociale •  • Dimanche 04/06/2017 • 0 commentaires  • Lu 1213 fois • Version imprimable


Le sens des candidatures présentées par La France Insoumise

 

Rassembler pour un changement réel, rassembler sur un programme humaniste, écologique et social.

 

Dans l’Eure comme dans tout les pays, des candidats de « La France insoumise » se présentent au suffrage des électeurs pour défendre leur programme, l’Avenir en commun, programme qu’avait porté Jean-Luc Mélenchon lors de l’élection présidentielle dernière.

Nous ne sommes pas des candidats « de témoignage » qui viennent chercher leur quart d’heure de célébrité. Nous voulons gagner, parce que nous voulons une majorité apte à conduire le changement nécessaire à notre pays, une majorité apte à s’opposer au programme de destruction du droit du travail, des acquis sociaux et du modèle national mis en place à la Libération. Nous voulons une majorité pour mettre en œuvre la transition écologique qu’impose la situation critique dans laquelle se trouve la planète. Nous voulons une majorité pour faire avancer l’égalité réelle et la possibilité pour tous les habitants de ce pays de mener une vie décente, bref pour inverser ce cours des choses qui, depuis des années, voit la situation des plus défavorisés se dégrader. Nous voulons une majorité pour faire vivre la démocratie, transformer les institutions, redonner le pouvoir aux citoyens dans une république parlementaire. Nous voulons une majorité pour défendre la laïcité, dans la vie publique et à l’école, une école qu’il faut reconstruire, et à qui il faut redonner sa dignité d’institution centrale de notre république.

Rien de tout cela n’est étranger aux problèmes locaux. Les fermetures de collèges dont trois prévues dans notre département, surtout dans des zones défavorisées, posent la question de l’égalité. Les pollutions au nitrate des nappes phréatiques rappellent directement l’urgence écologique. L’affaiblissement continu de la démocratie communale au profit des agglomérations, nous savons bien aussi ce qu’il en est dans notre département…

Voter pour la France Insoumise, c’est voter pour ce programme. Les citoyens doivent savoir pour quoi ils votent, donc les candidats doivent dire clairement ce qu’ils s’engagent à faire une fois élus. Et une fois élus, les candidats devront rendre compte de leur mandat. C’est la conception la plus élémentaire de la démocratie. Là-dessus, il est impossible de transiger.

Personne ne peut comprendre, par exemple, qu’un mouvement se disant écologiste soutienne un candidat d’un parti notoirement favorable au nucléaire. Personne ne peut comprendre qu’un candidat hostile à la loi El Khomry de réforme du code du travail soit allié à un parti qui a soutenu cette même loi. Les petites combines entre amis font qu’ici on prétend « rassembler la gauche » et traitant « La France insoumise » de diviseur alors que, juste dans la circonscription d’à-côté, on prétend vouloir soutenir Nicolas Hulot donc le gouvernement Macron-Philippe. L’électeur qui voudrait voter pour ces prétendus rassembleurs ne sait donc pas s’il votera pour ou contre le nucléaire, pour ou contre la loi travail, pour ou contre M. Macron. Les citoyens en ont assez de cette tambouille où l’on se partage entre compères des « fiefs » électoraux comme les nobles se partageaient leurs domaines.

La France insoumise, c’est un programme clair, discuté et débattu par tous les adhérents du mouvement, et un programme qui est le même dans toute la France, car il ne s’agit pas d’élire le « député du coin » mais un député de la nation pour siéger à l’Assemblée Nationale et traiter des problèmes communs à toute la nation. Rien n’est joué. Dans ce pays, il n’y a pas de majorité pour la dislocation de la Sécurité sociale et des retraites, pour la destruction des services publics et pour la privatisation de tous les biens communs. Donc il est possible d’imposer au nouveau président de la république une majorité citoyenne, celle de la France insoumise. C’est l’enjeu des 11 et 18 juin prochains.


Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato