S'identifier - S'inscrire - Contact

L'abstention, c'est ce que veulent les dirigeants européens

Par FABRE Gilles • Débat • Dimanche 24/05/2009 • 9 commentaires  • Lu 2981 fois • Version imprimable


Les médias poussent les électeurs que nous sommes à s’abstenir le 07 juin. Les UMP, PS, Modem et Europe écologie y poussent égalemen sans faire réellement campagne. Leur But à tous c’est déconsidérer tout vote, tout suffrage universel exprimé, tout acte citoyen et toute souveraineté du peuple.

Le but rechercher est de construire le grand marché transatlantique où la concurence sera libre et non faussée, d’imposer le traité de Lisbonne et construire une Europe de simples régions et communautés le tout de manière administrative, bureaucratique et a-démocratique.

Après les non Français, Hollandais et Irlandais, les oligarches de Bruxelles et les Chefs d’Etats ont continué leur projet de construction de l’Europe libérale et de grand marché libre et non faussé. Ils baffouent le suffrage universel, le vote des citoyens. Donc on déconsidère tout vote, tout citoyen. C’est la première étape.

La seconde étape c’est faire constater que les électeurs, donc les citoyens, les peuples souverains s’en foutent de l’Europe- vu qu’ils s’abstiennent massivement et donc la Commission de Bruxelles et les chefs d’Etats, le conseil des ministres, arbitrairement réaliseront leurs funestes projets ultra libéraux et antirépublicains sans en passer par la voie électorale (Elections, vote, référendum…) et réduiront le parlement de Strasbourg a une seule chambre d’enregistrement des forfaits antidémocratiques et antisociaux réalisés !

Je ne comprends pas votre choix d'abstention. Je le respecte mais je crois que vous vous trompez.

Les médias dominants, Sarkozy, l'UMP et le PS, comme le modem et les verts en France mais aussi les forces libérales ou conservatrices  de droite et les sociaux démocrates dans de nombreux pays de l'Union Européenne souhaitent une abstention massive pour dénaturer tout vote, tout intérêt, toute citoyenneté, toute souveraineté concernant les choix et politiques européennes. C'est grave la république comme dit mon camarade Christophe Miqueu est en danger et demain les citoyens qui ne votent plus et qui s'abstient seront la cerise sur le gâteau du projet néfaste que préparent Dirigeants européens et Américains !

Jean-Luc Mélenchon, le PG et le Front de Gauche ont raison de mener campagne, de faire estrade et de mobiliser les citoyens. Même si c’est dur, de convaincre nos concitoyens d’aller voter pour le Front de Gauche, je sens les gens beaucoup plus réceptifs, attentifs (et motivés) à nos propositions aujourd’hui qu’il y a deux mois. Peut-être une première victoire qui j’espère se concrétisera dans les urnes le 07 juin prochain. 
 


Partager cet article


Commentaires

par Serge_Gomond le Lundi 25/05/2009 à 14:42

Les médias poussent... Dans ce cas précis ils ne poussent rien, le mieux si ce point de vue est exact, serait pour eux de ne pas (ré)agir et de laisser faire.

 

Les seuls à réagir plus ou moins vigoureusement, se sont les partis politiques. 

 
Les médias ont un mode de fonctionnement très codifié, des règles (autres que celles de la tarte à la crème déontologique), des priorités et des choix rédactionnelles.

 

Pour beaucoup, Ils sont aux ordres et obéissent à des règles économico-politiques.

 
L'Europe (1) quant à elle, obéit à des intérêts géostratégiques et politiques. Le fond de commerce de cette Europe est la sauvegarde du modèle capitaliste (bien mal en point il est vrai), et toute la question est de savoir si oui ou non nous devons combattre ou pas cette Europe.

Quels sont les moyens les mieux adaptés et à même de répondre à l’objectif : « efficacité politique » ?

 

La désobéissance civile en est au moins un, efficace et éprouvé de longue date, pourquoi s’en priver ?

 

Le complot internationaliste ?

 

Vous pouvez (re)lire l’article concernant les rouages du mode de fonctionnement des maîtres du monde (2), paru sur ce site et intitulé : « Axiome de base. "Le centre directeur est devenu maintenant occulte : on n'y place jamais plus un chef connu, ni une idéologie claire", axiome extrait de "Commentaires sur la société du spectacle" », où il est démontré que le complot international n’a aucun fondements réels ou supposés, politiques,  économiques et autres. C’est une pure fiction.

 

Une convergence à la rigueur, peut-être, mais qui a beaucoup de mal à se concrétiser dans le réel (voir à ce sujet les théories fumeuses d’une soit-disant "fin de l’Histoire" (3), l’uniformité parfaite en quelque sorte…), en fait les Etats-Unis n’ont pas réalisé d’autre alliance objective qu’avec les Européens, ce qui ne veut pas dire qu’ils auraient abandonné la tactique du Boa constricteur (l’hégémonie) et leur cheval de Troie stratégique. 
 

 

(1)   La collusion entre (cette) l’Europe et les Etats-Unis est une évidence, grosso-modo nous sommes dans le camp des occidentaux, et tant que nous n'aurons pas réglé ce problème de fond, les Etats-Unis pourront agir à leur guise en jouant de cette fausse référence culturelle et de soi-disant intérêts communs.

 

(2)   Contrairement à ce qui a été écrit sur le sujet, dans le côté visible de l’édifice du commandement réel celui-ci il apparaît vertical, alors qu’en réalité il est diffus.

 

(3)    Il fut ajouté «… de l’Humanité ! », car en projetant cette théorie (et évidemment dans un contexte économique identique à celui qui vient de s’effondrer) dans le futur proche, la terre ne pouvant plus se remettre du pillage systématique de ses ressources naturelles, une catastrophe majeure se serait rapidement profilée ; plus de ressources, plus de vie !  On pourrait ajouter à cela la récente entrée de la France dans le girond de l'OTAN, mais c'est une autre histoire...  


Re: par FABRE Gilles le Lundi 25/05/2009 à 15:51

Je pense que vous vous trompez. Oui les médias poussent à l'abstention. Ils ne parlent à peine des Europénnes, les débats, il y en à guère. Les émissions politiques sont normalisées pour ne pas que les citoyens s'intéressent de trop prêt à l'Europe, à la construction europénne en cours qui est en faît la destruction non seulement des Etats nations mais également de l'Europe de 1957, de Maastrisch, de l'Europe (et de ses nations) continent géopolitique à travers la construction du grand marché transatlantique et de son parlement transatlantique, son bras armé impérialiste  (OTAN).

La Commission de Bruxelles, les 27 Chefs d'Etat et de gouvernement,Les partis libéraux gauche (sociaux démocrates, démocrates et verts et les partis de droite (UMP, CDU...) majoritaires au parlement de strasbourg, ne veulent pas que les citoyens investissent ce champ politique qu'est l'Europe et la Construction actuelle. Ils faut que les citoyens soit tenu à l'écart. On baffoue leur vote, on pousse à l'absention et demain on supprimera toute élection et tout parlement.

L'abstention (choix notamment de Denis Collin et du partie qui anime La Sociale) est une erreur, une faute politique ici. Le devenir de la République française, de notre citoyenneté et de notre souveraineté est entre nos mains de citoyens qui doivent se mobiliser et s'informer de la réalité du funeste avenir que l'on nous prépare.

Pourquoi Jean-Luc Mélenchon est-il le seul homme politique français à aborder, à dénonce le grand marché transatlantique ? Chevènement (grand théoricien de la nation souveraine n'en parle jamais...), Besancenot non plus ! Le Site de la Sociale que chique aussi ! Pourquoi ?

Donc il faut aller voter et se mobiliser. Parti de Gauche et Front de Gauche sont les seuls outils unitaires, qui ébauchent une première rupture avec le capitalisme et la construction actuelle de l'Europe. L'absention est une erreu. Persévérer dans l'abstention est une faute politique !


Re: par la-sociale le Mardi 26/05/2009 à 12:38

Je ne comprends pas bien l'expression "du partie qui anime la Sociale".  Je pense que vous vouliez dire "du parti"... mais en ce cas c'est une erreur complète. Aucun parti n'anime "la Sociale" et le seul "encarté" de l'équipe qui fait vivre ce site depuis de nombreuses années est Christophe Miqueu, membre du CN ... du Parti de Gauche.

Par ailleurs, vous remarquerez que nous pratiquons le pluralisme et le débat politique le plus ouvert, alors que, si j'ai bien compris, la stratégie du PG a été adoptée avant même le congrès fondateur et ratifiée à l'unanimité ou presque selon  les bonnes vieilles méthodes.

Quant au grand marché transatlantique, il était déjà dans les cartons quand Jospin était au gouvernement dans lequel siégeait aussi Mélenchon. Tout comme les accords de Barcelone qui ont mis en route la privatisation d'EDF et la mise en concurrence des mutuelles qui nous tombe dessus en ce moment. Les responsables politiques ont aussi à rendre compte de leur passé. Non?


Re: par d_collin le Mardi 26/05/2009 à 16:41

Vous avez dit "faute politique"? C'est du moins la caractérisation sévère que Gilles F. porte sur ma position abstentionniste. Ce qui me console, c'est que je ne serai pas seul à commettre cette faute. Mais venons à l'essentiel.

1) les élections et la démocratie ne sont pas des synonymes. Il y a des plébiscites bonapartistes ou fascistes, des élections à des instances corporatistes et toutes sortes de canailleries du même genre, dans lesquels on cherche à associer le peuple à sa propre expropriation politique. A certains égards, pour des raisons que nous avons eu l'occasion d'analyser amplement sur ce site, les élections européennes sont de cette catégorie. Le "parlement" européen n'est pas un parlement mais une chambre d'enregistrement de la commission, elle-même organe technocratique nommé par combines entre les gouvernements. Le système de gouvernement européen est technocratique, oligarchique et à certains égards franchement corporatiste (par exemple par l'association des syndicats de la CES). Voter c'est cautionner ce système. D'ailleurs se développe depuis quelques semaines une campagne sur le thème sous-jacent "votez pour qui vous voudrez mais votez pour l'Europe"... Il y a donc de bonnes raisons, de fond, pour ne pas cautionner cette imposture.

2) On pourrait cependant participer à cette élection si se présentait un parti ou une coalition qui pose clairement la question de la rupture avec l'UE. Or ce n'est pas le cas. Ni le  front de gauche ni le NPA ne posent cette question. Ils admettent tous les cadres institutionnels actuels en prétendant seulement leur insuffler plus de démocratie ou plus de social. Le discours du FdG est de ce point de vue emblématique. Le texte cadre qu'on trouve sur le site du FdG est une suite de phrases ronflantes et souvent creuses qui débouche sur des propositions curieuses. Je passe sur les pétitions de principe du genre ; " Ce que nous voulons, c'est indiquer une autre voie pour la gauche que celle qui accompagne en France et en Europe, la construction libérale de l'Union européenne en soutenant les traités actuels." Laissons de côté la substitution du mot "libéral" au mot "capitaliste" [c'est lassant d'être toujours obligé de répéter les mêmes choses et de toujours dénoncer les mêmes escroqueries]. Pourquoi ne pas dire clairement de quels traités actuels on parle? Pourquoi ne parle-t-on pas de l'accord cadre qui fait tourner la construction européenne, celui dont les suivants ne sont que des adaptations, à savoir le traité de Maastricht. Pourquoi ne pas dire qu'il faut rompre avec le traité de Maastricht qui est celui qui généralise le libre échange, le dumpling social et entérine la soumission à l'OTAN? Ce silence est-il la conséquence du fait que Mélenchon a voté ce traité et l'a défendu comme un "compromis de gauche" (cf.  son discours de juin 92 au Sénat)? Ce fut une affaire grave et Mélenchon et ses amis ont commis là une des plus graves "fautes politiques". On a le droit de se tromper et Mélenchon pouvait dire "remettons en cause Maastricht" et les accords d'application d'Amsterdam et Dublin (signés par le gouvernement Jospin). C'est de Maastricht que date ma première rupture politique avec Mélenchon :  comme je votais "NON", Mélenchon m'a sermonné et m'a dit que je faisais "le jeu du Front National" ... Passons.

Ce même projet politique pour changer d'Europe affirme: "Ce que nous voulons, c'est affirmer une vision nouvelle de la société et de l'Europe fondée sur l'intérêt général et la souveraineté populaire à l'échelle nationale comme à l'échelle européenne." En elle-même, cette phrase est une absurdité. Il ne peut pas y avoir deux souverains. (A) Soit la souveraineté est nationale et la souveraineté signifie qu'aucun pouvoir n'existe au-dessus de ce pouvoir et alors il n'y a pas de souveraineté européenne mais seulement des traités entre nations souveraines. (B) Soit il y a une souveraineté européenne et alors c'est un camoufflage que de continuer à parler de souveraineté nationale. Le PCF est plutôt pour la solution (A) alors que Mélenchon est pour la (B) - il se dit fédéraliste européen et a usé de cet argument pour refuser tout accord avec le MRC.  En guise d'accord, on mélange deux propositions contradictoires en espérant que personne ne s'apercevra de l'incohérence et de l'inconsistence du prétendu "Front de gauche".

Cette contradiction parcourt tout le texte: Ainsi il est dit "la BCE doit être transformée dans ses missions pour être mise au service des populations et  soumise à un contrôle démocratique. Ce qui nécessite aussi, au niveau des Etats un processus de réappropriation publique des systèmes bancaires et de crédit." Mais si la BCE bat monnaie comment peut admettre que les États aient la maîtrise du crédit. Car la politique du crédit est la politique de la monnaie. Si les États sont maîtres du crédit, alors il faut remplacer l'euro par une monnaie commune et restaurer les monnaies nationales (bref revenir au SME amélioré) en confiant à la BCE redimensionnée la gestion de cette monnaie commune. Donc en se plaçant strictement sur le terrain de la réforme des institutions européennes, terrain qui est celui du Front de Gauche, on est là encore en pleine incohérence.

Une dernière pour la route:  "L'Europe doit rompre avec l'atlantisme et l'alignement sur les Etats-Unis notamment dans le cadre de l'OTAN". Si cette phrase a un sens, ce n'est pas celui de la rupture avec l'OTAN mais du maintien dans l'OTAN en y bataillant pour l'OTAN ne suive plus les Etats-Unis à tous les coups. Bref, le Front de Gauche est pour la démocratisation de l'OTAN! Rien de moins. 

3) Je reviendrai un autre jour sur l'ensemble du projet. Mais ici il faut dire les choses telles qu'elles sont. Le programme du PG et du FdG est "socialo-compatible" et il est conçu pour cela et rien de fondamental ne le sépare du "Manifesto" du PSE. Mélenchon a d'ailleurs voté la synthèse au congrès socialiste du Mans, il a voté la nouvelle déclaration de principes du PS en 2008 (à tel point qu'on en retrouve des pans entiers dans les principes du PG) et le FdG n'a pas d'autre but que de préparer des listes d'union de la gauche en 2010 aux régionales car sans de telles listes le PCF et le PG n'auront pratiquement aucun élu au niveau des régions. Voilà la cause ultime qui explique la bouillie pour les chats qu'est le projet du Front de Gauche.

4) On peut voter pour une mauvaise liste quand il s'agit de voter pour un moindre de mal - j'aurais sans hésiter voté Bayrou contre Sarkozy, c'est tout dire! Mais là ces élections ne sont au mieux qu'un vote "idéologique", puisque le résultat est connu à l'avance: c'est le condominium PPE-PSE qui continuera son petit business, "as usual".  Donc pour marquer notre rejet de l'imposture européenne, ne reste qu'à voter avec ses pieds.

Denis Collin


Re: par Anonyme le Lundi 25/05/2009 à 21:18

    Errata : 

  1. Cinquième ligne, il faut lire : des priorités et des choix rédactionnels. Et non rédactionnelles.
  2. Vingtième et vingt et unième lignes, il faut lire :  il est démontré que le complot international n’a aucun fondement réel ou supposé,   politique, économique et autres. C’est une pure fiction. Et non : fondements réels ou supposés, politiques, économiques…


Les médias combattent l' abstention par Patrick Delattre le Mardi 26/05/2009 à 20:40

En effet ce que craignent les dirigeants politiques et journalistes c' est une abstention massive qui délégitime le vote.
La faible campagne tient à un autre fait qu' on a bien vu lors des précédentes européennes ou lors du référendum. Plus la campagne est longue et active et plus le vote UMPS baisse. 
Le rêve des européistes c' est un vote massif pour leurs partis. Mais sans faire campagne.
La preuve. La totalité des partis, associations politiques et intellectuels favorables à l' abstention sont absents voire interdits d' antenne par les journalistes.
Heureusement il reste internet. Pour le moment.


par Alain Quesnel le Samedi 30/05/2009 à 15:27

Pour ma part, avec ou sans les medias, je m'abstiendrai de voter au prochaines élections européennes. Ce sera la première fois, depuis assez longtemps, que je ne me rendrai pas aux urnes... même pas pour voter blanc.
J'ai voté "Non" en 2005. Mon vote (pour une fois majoritaire... ça ne m'était pas souvent arrivé) a été rayé d'un trait par le vote UMPS-MODEM-Verts. La démocratie sans le peuple, voilà l'idéal de l'Union européenne. Par ailleurs, pourquoi voter pour un parlement croupion qui n'a aucune initiative législative, qui ne peut qu'amender, à la marge, les diktats d'une commission qui est choisie au sein d'une oligarchie et non élue ? 
Voter, c'est soutenir le parti d'une Union européenne qui ne respecte même pas le principe élémentaire (au moins depuis Montesquieu) de la séparation des pouvoirs. C'est se prononcer pour une dictature en gestation qui peuplera un jour, qui commence déjà à peupler (d'immigrés pour le moment) son parc de camps de concentration.
Voter, en ce cas précis, c'est abdiquer.
Vive la Sécession !
Sortir enfin du totalitarisme "démocrate"-chrétien.
Alain Quesnel


Lien croisé par Anonyme le Jeudi 04/06/2009 à 11:00

aux urnes citoyens : "http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/06/02/europeennes-l-abstention-a-63-selon-l-ifop_1201477_3214.htmln allez pas voter ses eux qui le dises donc faut obéir ses de votre devoir que de faire ceux que nos bon penseur beaux parleurs vous dises et vous martèle tout les joursL'abstention, c'est ce que veulent les dirigeants européens :http://la-sociale.viabloga.com/news/l-abstention-c-est-ce-que-veulent-les-dirigeants-europeens"


Lien croisé par Anonyme le Vendredi 01/11/2013 à 11:16

votons - Page 2 : "t faite comme ils dises :http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/06/02/europeennes-l-abstention-a-63-selon-l-ifop_1201477_3214.htmln allez pas voter ses eux qui le dises donc faut obéir ses de votre devoir que de faire ceux que nos bon penseur beaux parleurs vous dises et vous martèle tout les joursL'abstention, c'est ce que veulent les dirigeants européens :http://la-sociale.viabloga.com/news/l-abstention-c-est-ce-que-veulent-les-dirigeants-europeens "



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato