S'identifier - S'inscrire - Contact

L'Etat prédateur.

Retour à la planification économique

Par Jean-Pierre Falies • Bibliothèque • Jeudi 11/02/2010 • 1 commentaire  • Lu 1795 fois • Version imprimable


James K.Galbraith, fils de John, économiste situé à l'aile gauche du parti démocrate américain , dénonce dans son dernier ouvrage "L'Etat prédateur. Comment la droite a renoncé au marché libre et pourquoi la gauche devrait en faire autant"  ed. Seuil, collection "Economie Humaine" 2009, 311p., l'emprise magique des conservateurs sur les esprits de la gauche et incite cette dernière à se désintoxiquer de l'idéologie du marché dominant en ce sens qu'il n'apporte aucune solution à la crise contemporaine, à la pauvreté, aux inégalités ou à la crise écologique , et appelle au contraire à la "planification économique".
La faillite de l'idéologie du marché libre ne date pas de 2008, affirme Galbraith. Il faut remonter aux années 1980 pour comprendre comment les conservateurs américains ont livré l'Etat à l'appétit des intérêts privés. Exactement ce que sont entrain de faire aujourd'hui en France, Sarkozy , ses copains du Fouquet's et le MEDEF, sous l'oeil bienveillant et endormi du PS. Et très précisément ce qu'entreprend aussi l'Union européenne.

Un livre revigorant à lire !!!!

Jean-Pierre Falies

Partager cet article


Commentaires

par lucien le Samedi 13/02/2010 à 14:17

Le problème de la planification économique en restant sous le régime capitaliste, c'est que cette planification sera dans l'intérêt des capitalistes. Le "marché libre" atrophiant la demande et créant de la surproduction, en en revient toujours en période de crise à des solutions keynésiennes, mais celles-ci ne servent qu'à passer le cap. Le pouvoir n'a pas changé de mains, l'organisation économique et sociale n'est pas changée, c'est juste les conditions de faisabilité du taux de profit  qui sont restabilisées (et un ultérieur retour de bâton ultralibéral est tôt ou tard probable). Il faudra bien un jour sortir du capitalisme, c'est ça le vrai espoir des exploités. Faire que le capitalisme marche mieux, soit moins aberrant, est-ce ça qui doit nous motiver ?



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato