S'identifier - S'inscrire - Contact

La Tunisie et l’Europe

Par Serge Gomond • Internationale • Jeudi 20/01/2011 • 0 commentaires  • Lu 1315 fois • Version imprimable


Comment ne pas faire le parallèle entre les événements dramatiques de Tunisie (depuis maintenant plus d’un mois) et les mouvements qui se sont déroulés récemment en Grèce, en Italie, au Portugal, en Irlande, en Espagne ou en France ?

 

De très bons articles ou réactions parfaitement argumentés, notamment ceux qui déclinent les mécanismes et les complicités au plus haut niveau de l’Etat, les connivences de la classe politique française (en Tunisie seul le RCD avait « Droit de cité »), qui impliquent directement ou indirectement le clan Sarkozy et les godillots umpistes, (sarkozy, toujours si prompte à donner des leçons de "morale" et d’"honneur" au monde entier, reste cois dès qu’il s’agit de ses propres turpitudes), ainsi que la majorité du personnel politique, mis à part quelques individualités (intellectuel ou personne morale), des groupes de militants associatifs, les adhérents de mouvements et organisations de défense des Droits nationaux et universels de l’homme, irréductibles pourfendeurs d’injustices d’où qu’elles se produisent. Ceux-là, sauvent l’honneur de notre pays. 

Démocratie à géométrie variable ?

"Démocratie" à géométrie variable, écrivent certains ? Pas tant que cela, puisqu’elle soutient pratiquement à l’identique, (mis à part quelques variantes, les dictatures par exemple) la même caste d’individus, d’où est issus ce groupe de profiteurs (en France ils seraient entre deux et trois millions, selon les sources), qui adoptent la même stratégie (mondialisation et globalisation obligent) pour conserver le pouvoir et les privilèges qu’ils s'accordent (cette stratégie reproduit singulièrement les mêmes manœuvres que celles adoptées par les "protégés" des pays occidentaux et par certains pays émergents, tueries en moins bien entendu, quoi que…).  

Autre volet tout aussi marquant que la révolution populaire née spontanément en Tunisie, et qui mérite toute notre attention, car il souligne les similitudes entre ces évènements sanglants et le ras-le-bol mondial généralisé du peuple envers les élites.

Similitudes dans les causes qui ont provoquées et déclenchées ces évènements tragiques.

Ben Ali et Sarkozy affichent ouvertement le même mépris du peuple ; notamment lorsque Sarkozy, il y a à peine quelques mois de cela en France et dans les DOM-TOM, au plus fort de la révolte contre la "réforme" des retraites par répartition, en octobre 2010, alors que le nombre de manifestants ne cessait d’augmenter, décida seul, d’humilier le peuple français.

Le site « Bellaciao »  n’hésita pas à relayer l’info (la vraie celle qui fait la différence), et à donner la parole à toutes celles et à tous ceux, qui dans le mouvement de contestation populaire, exprimaient un profond désaccord (sous forme d’initiatives ou d’actions, parfois originales). Alors que le gouvernement et ses relais médiatiques se déchaînait contre les bloqueurs (les grévistes) et les agitateurs (les centrales syndicales), des inconscients qui bloquaient la France laborieuse et l’empêchaient d’aller travailler. Vieille ficelle usée à l’excès, pour monter les Français les uns contre les autres, avec le succès que l’on sait. (le genre de plan minable et à court terme, qui monte le peuple contre le peuple, misant sur la bêtise de quelques uns)   

« tout ce qui est à vous est à moi ! » 

« tout ce qui est à vous est à moi ! », cette devise mondialiste en diable, et si chère au clan Sarkozy et aux protégés du « président des riches et des très riches », fut l’un des axiomes déclencheur du ras-le-bol généralisé aussi bien en Europe qu’au Maghreb, et d’autres continents (l’Asie, l’Amérique, etc.) et sont bien évidemment tus des médias officiels. Informations ? Vous avez dit informations ?

Y a t-il eut connexion ou inter-dépendance entre le clan Sarkozy et le clan Trabelsi – Ben Ali ?

Assurément oui, car si vous consultez les télégrammes secrets étasuniens dévoilés par  « WikiLeaks », et dont l’un sous-titrait « The French Connection ? », le clan familial du président Ben Ali est présenté comme le carrefour de la corruption en Tunisie, et presque tout ce que compte la communauté tunisienne en businessmen et en businesswomen est liée au clan Trabelsi – Ben Ali, par intérêts croisés et quasi maffieux.

Les méthodes utilisées pour régler certaines affaires, étaient identiques au gangstérisme (entre-autres actes de banditisme, le vol d’un yacht appartenant à un banquier dans le port corse de Bonifacio, et commandités par deux neveux de l’ex-président Ben Ali, l’atteste sans conteste). La collusion entre le monde des affaires, des obligés aux plus hautes sphères de l’Etat français, pourraient aussi aisément supporter la comparaison quand au fond. Le clan Trabelsi – Ben Ali utilisait couramment des méthodes qui comme le clan Sarkozy et ses obligés profitent quasi exclusivement à un groupe de privilégiés (en France, selon les sources, ils seraient entre deux millions et trois millions).

Ce télégramme suggère, sans donner clairement de preuves, qu'un ambassadeur de France, récemment en poste à Tunis (en France, c’est Sarkozy, et lui seul qui désigne à sa convenance les hauts fonctionnaires et magistrats tel que préfets, procureurs et ambassadeurs, etc.,) aurait été plutôt celui de Ben Ali auprès de Sarkozy que l'inverse, en échange de quoi il aurait bénéficié de largesses du clan Ben Ali, et dans ce cas il s’agit d’une villa enregistrée au nom de sa fille et située non loin de la résidence présidentielle.

D’autre part, sur le réseau Facebook vous pouvez consulter à satiété le « mur de la honte », qui se nomme aussi « Ben Ali Wall of Shame », où sont disponibles des vidéos et des extraits sonores, de Sarkozy et consorts, celle en particulier de l’allégeance honteuse d’Alliot-Marie aux dirigeant tunisiens et algériens, les inepties de Mitterrand (le neveu), du maire de Paris, Delanoë, etc. 

La Tunisie n’est pas un cas isolé, Sarkozy entretient des relations privilégiées avec le « Commandeur des croyants », le roi du Maroc, Hassan VI (et a de nombreuses villégiatures à sa disposition dans des résidences princières), le président algérien Bouteflika (et le clan militaro-industriels qui pillent les richesses naturelles de l’Algérie), « Guide suprême de la révolution verte islamique » et président à vie, Muammar al-Kadhafi (souvenez-vous du tollé que provoqua l’installation de son bivouaque pour plusieurs jours dans un jardin de l’un des palais de la République, suite à une invitation de sarkozy), avec le président égyptien à vie Moubarak, etc., etc., etc. sarkozy aime les dictatures, c’est bon pour ses affaires.

Le peuple tunisien n’est malheureusement pas au bout de ses peines, et son parcours sera probablement jonché de nombreux pièges et embûches en tous genres. Les "anciens" (pas tant que ça) benalistes sont paraît-il pas loin d’un million (c’est le nombre d’adhérents RCD que revendique le pouvoir), et n’hésiterons pas une seconde pour commettrent d’autres exactions et turpitudes, il n’est que d’observer le premier ministre, Ghannouchi, membre du bureau politique du RCD, et son complice le président de l’assemblée nationale, Foued Mebazaa, autre cacique du pouvoir, et combien d’autres dans l’ombre (?) actuellement à la manœuvre ; il n’est pas trop difficile de concevoir, qu’avec de tels "entourloupeurs" c’est loin d’être gagné pour le peuple tunisien.

Le « Radeau de la Méduse »

Le « Radeau de la Méduse » auquel fait immanquablement penser le clan Sarkozy, et où s’accrochent encore les derniers fanatiques, n’est pas du tout assuré de surmonter cette énième déchéance (une de trop ?) Sarkozy, matamore d’opérette et grand vainqueur autoproclamé du peuple français, fut irrémédiablement précipité au fond de l’abysse sondagière après sa piteuse victoire, (car il agit toujours avant de réfléchir aux conséquences de ses décisions, c’est un fonceur. Malheureusement pour lui et heureusement pour nous, il n’avait pas prévu que le prix à payer serait au moins équivalent, sinon plus, au mépris dont il usa et abusa envers le peuple français).

Bellaciao et le mouvement anti-« contre-réforme » des retraites par répartition

Sarkozy est loin de s’avouer vaincu. Il faudra mettre le paquet pour se débarrasser de lui et de sa clique de profiteurs. « LH » l’une des nombreuses agence d’opinion, cherche à le placer, envers et contre toute probabilité, encore en lice au second tour des présidentielles. Cette agence d’opinion lui attribue une "royale" seconde place (et quel que soit le cas de figure, alors que plus de soixante dix pour cent des Français(es) le rejette ???). Dans un article récent, un politologue spécialiste de l’extrême droite française (et donc du FN) énonce deux possibilités.

La première, Sarkozy est tellement impopulaire (et c’est bien le cas) qu’il ne parvient même pas au second tour, l’héritière du FN, Marine Le Pen, le devance assez largement, et se retrouve au second tour face à un social-démocrate (vous devinez à qui je fais allusion).

Seconde possibilité, c’est la répétition de 2002, (mais contrairement au scénario qu’imagine le "spécialiste" du FN, les électeurs en ont ras-le-pompon boudent massivement les urnes et se révoltent massivement contre le système électoral. Ensuite, comme nos ami(e)s Tunisien(ne)s l’ont fait il y a peu, il se débarrassent plus ou moins pacifiquement de la classe politique, aux affaires depuis plus de soixante dix ans !

J’ajouterai une troisième possibilité, (que ce monsieur n’a pas voulu ou pas su imaginer, car tellement contraire aux principes d’orthodoxie politique) et c’est pour cette raison que j’évoque « Bellaciao ». 

Lors du mouvement de révolte populaire du mois « d’octobre 2010 », (en fait, le mouvement se déroula sur une période beaucoup plus longue, environ une dizaine de mois avant les grandes manifs, mais les points forts du mouvement eurent lieu en octobre 2010) le site, « Bellaciao », a rigoureusement et très largement diffusé toutes les informations ayant trait à ce mouvement populaire historique (depuis les évènements de « mai68 », aucun mouvement d’une telle ampleur n’avait eu lieu ; des millions de français(es) étaient mobilisés (et pas seulement dans la rue), et sur une aussi longue période), quel qu’ait été le type d’action, spontanée ou organisée, quel qu’ait été celles et ceux qui l’organisait (organisations et autres), initiatives individuelles ou collectives, (loin, bien loin des factions, des chapelles et de la guerre de tranchées habituelles que nous imposent certains groupuscules), et c’est tant mieux pour tout le monde, pas de récup. possible…

Nous avons pu profiter de l’info directe (la parole au peuple, sans le filtrage habituel, de réécriture par exemple) et au mieux, sans sectarisme apparent. Filtrage et sectarisme, si préjudiciables au peuple.L’esprit soutenait l’action, et pour couronner le tout, l’info, la vraie, celle qui fait la différence, donnait enfin à la parole au peuple. Grâce à vous et à l’engagement de toutes celles et de tous ceux qui voulait en finir avec les contre-réformes du clan Sarkozy.

Troisième possibilité, celle qui a, selon moi, le plus de chance de réussir. Cette révolte populaire historique a prouvé que nous existions (des millions de Françaises et de Français était solidaire du mouvement populaire, et ont rejeté les contre-réformes et les méthodes plus ou moins mafieuses du clan sarkozy), que nous ne faisions plus confiance à ceux (actuellement au pouvoir) qui doivent assurer le fonctionnement des institutions, ni en le personnel politique, qui en laissant faire nous a trahi.

Le néolibéralisme et ses conséquences directes, c’est-à-dire des privations toujours pour les mêmes, y en a marre !

Le personnel politique n’entend rien à la misère et ne nous écoute plus. Le potentat à la tête du pays, méprise le peuple.

Alors ?

Nous sommes majoritaires dans le pays, et devons prendre en main nos propres destinées.

Le « Indignez-vous ! » cher à Stéphane Hessel, ne dit pas autre chose. Les partis politiques et le personnel politique se sont discrédités, et continuerons à nous mentir jusqu’à la nausée. Résistez n’est plus suffisant, il faut aussi agir. Prenons en main nos propres destinées et agissons !

Nous sommes majoritaire dans ce pays, et nous devons imposer notre volonté, quel que soit le gouvernement !

PS : ce message s’adresse aux Françaises et aux Français, aux militaires, aux forces de l’ordre, aux forces vives de notre pays. Vous qui avez jurés de servir et de défendre la France, le peuple français et l’intérêt général, ainsi que celles et ceux, qui que vous soyez et d’où que vous veniez, vous qui aimez ce pays, réveillez-vous ! Indignez-vous ! Soutenez du mieux possible notre devise, « Liberté, égalité, fraternité » pour tous. Jurez de restituer au peuple, la République, terre d’asile. Facilitez la diffusion et « la déclaration universelle des droits de l’homme », combattez de toutes vos forces l’arbitraire de ceux qui s’opposent au peuple, en favorisant les intérêts privés d’un clan et de ses acolytes au détriment de l’intérêt général.

Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato