S'identifier - S'inscrire - Contact

Le dépeçage de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris n’est pas un choix gestionnaire. C’est un choix idéologique.

Communiqué du Mouvement « ensemble pour une santé solidaire »

Par la-sociale • Actualités • Vendredi 12/03/2010 • 0 commentaires  • Lu 1513 fois • Version imprimable


Le mouvement « Ensemble pour une Santé Solidaire », était présent ce matin aux côtés des professionnels hospitaliers de l’APHP, qui demandaient au gouvernement d’entendre leur inquiétude et leur colère.

Comme d’habitude, le silence méprisant, le refus de dialoguer et les gaz lacrymogènes ont été la seule réponse de la ministre de la santé, assortie, selon des sources officieuses, mais insistantes, du limogeage imminent du directeur général, Benoît Leclercq.

La « restructuration » de l’APHP menée par le gouvernement UMP, c’est une cure d’amaigrissement aberrante visant à « regrouper » 38 établissements sur 13 sites, en supprimant près de 6000 postes, et en bradant au passage le patrimoine foncier, histoire de récupérer quelques millions d’euros (quand le déficit de l’Etat dépasse les 100 milliards ! )

C’est pour « Améliorer la qualité et la sécurité, et l’accès aux soins » affirme Roselyne Bachelot en préambule de la loi HPST.

Les fermetures de lits, de services, d’établissements, de postes de personnels soignants, d’entretien, d’accueil, les délais de rendez-vous et d’attente aux urgences insupportablement longs, c’est pour mieux nous soigner.

Il faudra l’expliquer aux mamans, pour qui accoucher à l’hôpital public devient un privilège, et qui sont renvoyées à la maison le surlendemain de l’accouchement pour laisser la place à d’autres. Car les lits de maternité ont beau fermer, les bébés continuent de naître.
Il faudra le démontrer aux malades qui se voient proposer un rendez-vous dans 6 mois pour une chirurgie cardiaque ou un traitement anticancéreux… s’ils sont encore vivants d’ici là !

Il faudra en convaincre ce monsieur qui pleurait en nous racontant qu’il a vu mourir sa mère sur le brancard, après des heures d’attente dans un service d’urgences débordé.
Pour le gouvernement et les parlementaires UMP qui ont déboursé l’an dernier 360 milliards pour sauver les banques de leurs spéculations imprudentes, 104 millions de « déficit » de l’APHP, pour nous soigner et permettre à nos bébés de naître en toute sécurité, c’est inacceptable.

Pour le gouvernement Sarkozy et sa majorité, la priorité, c’est la santé des banques, pas celle des gens.
7500 traders vont se partager 2 milliards d’euros de bonus en 2010

 

Ce n’est pas un choix gestionnaire. C’est un choix idéologique.

 

Nous refusons cette idéologie et ces décisions. Nous demandons le gel immédiat de toute la politique gouvernementale en matière de santé et le retrait de la loi HPST. Nous voulons un service public de santé avec une sécurité sociale solidaire et un hôpital public qui garantissent l’accès égal de tous aux soins.

 

Et nous appelons les 65 millions d’usagers à défendre leur sécurité sociale et leur hôpital public. Tant qu’ils existent encore…

 

Mouvement Ensemble pour une Santé Solidaire
http://ensemblepourunesantesolidaire.fr
Bruno-Pascal CHEVALIER - 06 89 18 01 77
Cécile MOUTTE - 06 10 73 83 99

 

 



Mots-clés : ,

Partager cet article


Commentaires


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato