S'identifier - S'inscrire - Contact

Mort annoncée du système capitaliste occidental.

Par Serge_Gomond • Débat • Mercredi 15/10/2008 • 2 commentaires  • Lu 1410 fois • Version imprimable


Nous sommes dans une période de propositions et de réflexions tous azimuts.
Une évidence le système capitaliste est mort !
Il faut traduire le mot crise par, le système économico-financier capitaliste occidental est moribond, aussi allons nous voir les dirigeants des pays capitalistes et en particulier occidentaux, gesticulés autour de la dépouille de ce système, dans le vain espoir de le ranimer.
Ils n'ont rien d'autre à proposer à la place, et se foutent bien de savoir si leurs gesticulations passera pour de l'action.
Donner le change, rassurer les petits épargnants pour qu'ils pensent : nos dirigeants font quelque chose pour nous.
Mais les dirigeants ont en tête que les 700 milliards de dollars ne suffiront pas à éteindre l'incendie qu'ils ont allumé.
Il est évident que la collusion entre les financiers et les politiques sera de plus en plus difficile à dissimuler au yeux du monde.
Pour reprendre les arguments de Noami Klein : le total des pertes, le papier pourri additionné aux autres actions, est de l'ordre de mille milliards de dollars (les 300 milliards de dollars déjà dépensés et qui n'ont eu aucun effet, les 700 milliards de dollars prévus pour mettre en oeuvre le "plan de sauvetage Paulson", dont on ne connaît toujours pas dans le détail les modalités d'attribution. Des dérapages seront toujours possibles, et le prix immédiat à payer est éminemment politique), en comptant que le prochain wagon de papiers pourris est encore bien pire que les fameuses "subprime mortgage" ou "hypothèques titrisées" (que les plus optimistes ont évalué à 855 milliards de dollars).
Le "PRODUIT FINANCIER", sophistiqué à souhait, "high-tech", et surtout incontrôlable puisque mélangé à d'autres produits financiers "sains" et que l'on se repasse de banque à banque dans l'espoir de l'avoir refilé en douce à son voisin.
Donc un wagon de produits financiers tout aussi pourris que les hypothèques immobilières, va bientôt sortir des coffres des banques commerciales et autres agences financières, les Alt-A, émis depuis janvier 2006, il y en aura pour 1000 milliards...
Laissons le marché se réguler qu'ils disaient il y a encore peu, le "laisser faire" des ayatollahs du néo-libéralisme; de dangereux criminels qui vont mettre sur la paille des millions de leurs compatriotes et d'encore plus nombreux travailleurs dans le monde.
La collision du monde virtuel et du monde réel, de l'économie virtuelle et de l'économie réelle. 
Maintenant, ils (les banquiers et les financiers) demandent le secours de l' État, et surtout le pognon des petits épargnants !
Message reçu. Les politiques vont faire fonctionner la planche à billets, via les banques centrales, et vont innonder le marché de liquidités.
Il est évident que cela n'aura aucun impact, peut-on vraiment croire que les banquiers et les particuliers surrendettés, trouveront la solution en s'endettant encore plus. Pour traiter le problème de surrendettement (car à la base c'est de cela dont il s'agit) on leur propose... de s'endetter encore plus !
AU FOU ! 
 :
Comme les États-uniens aiment le faire,  la dernère phase de cette période sera la grande chasse aux coupables.
Les faillites (inévitables) se succéderont à un rythme effréné, les États-Uniens armés jusqu'aux dents (c'est inscrit dans leur constitution) flingueront à tout va, il y aura des émeutes, des pillages, le chaos...
Obama, si c'est bien lui qui reprend la présidence des États-Unis aura à gérer l'héritage que leur auront laissé les Bush (Père et Fils).
Un chaos économique et politique...
 
Sarkozy reprend à son compte l'aphorisme : la politique c'est donné à voir !
Alors il gesticule comme un beau diable, pris de frénésie de réunionnite aigu, il arrive à s'étourdir lui même, c'est dire...
 
En Europe et plus particulièrement en France, Sarkozy aura à répondre de ses mauvais choix politiques et en particulier économiques.
Il ne pourra pas continuellement rejeter la faute de son incurie sur la crise économique mondiale.
N'a-t-il pas déjà eu à répondre de ses mauvais choix économiques ? Et cela dès les premiers mois de son quinquennat. 
Un porte-monnaie vide est un argument bien plus parlant que ses gesticulations !
De plus, il est très probable qu'il pillera promptement  les économies qu'auront péniblement amassé les petites gens, cela  pour faire comme les autres dirigeants européens, qui n'ont pas les caisses vides, eux ! 
Ce sera la phase de démonétisation de l'ère Sarkozy, plus de crédit dans les caisses de l'Etat et surtout des petits épargnants, plus de crédibilité politique, bye, bye Sarkozy...
C'est plus qu'une déstabilisation, c'est la fin du capitalisme, pour de vrai.
On retire les faux nez et on assume le réel, la vraie vie, avec des vrais gens, très très en colère et qui voudront que l'on punisse les vrais coupables.
Tout de suite, maintenant !  


Mots-clés : ,

Partager cet article


Commentaires

ah si seulement!!!!! par martin le Jeudi 16/10/2008 à 10:54

se que tu dis pouvait être réel, aujourd hui, demain, tout de suite les habitants de cette planete se prenaient en mains et réagissaient,
peut être que le capitalisme s'effondrait. mais, depuis 20ans on regarde celui ci detruire tout sans bouger, aucun parti n'ai capable de dire et rassembler et surtout de proposer une politique radicale de reconstruction, tous se masturbe personne y va.
alors ne serai ce pas plutot le déclin de la race dit humaine! 


Mon nom est silence ! par Serge_Gomond le Vendredi 17/10/2008 à 22:26

Immanuel Walerstein (il est considéré comme l'un des inspirateur du mouvement alter-mondialiste) dans <<Le capitalisme touche à sa fin>> cite deux économistes, Nicolas Kondrieff(1930-1982) et Joseph Schumpeter (1883-1950) et nous donne un scénario bien autre que celui qui est généraleùment décrit un peu partout dans les médias et dans certains articles que j'ai lu sur le site. Le capitalisme a, ou rendra l'âme d'ici peu, il dit : <<je pense en effet que nous sommes entrés depuis trente ans dans la phase terminale du système capitaliste>> et d'ajouter ce commentaire sans appel : <<Ce qui différencie fondamentalement cette phase de succession ininterrompue des cycles conjoncturels antérieurs, c'est que le capitalisme ne parvient plus à <<faire système>>, au sens où l'entend le physicien Ilia Prigogine (1917-2003) : <<Quand un système , biologique ou social, dévie trop et trop souvent de sa situation de stabilité, il ne parvient plus à retrouver l'équilibre, et l'on assiste à une bifurcation>>. et encore la crise la plus similaire à celle d'aujourd'hui est l'effondrement du système féodal en Europe, entre le milieu du XVe et du XVIe siècle, et son remplacement par le système capitaliste.
 
Tout ce qui est écrit là tout le monde peut le constater de visu, Sarkozy comme les autres, alors le mot d'ordre c'est : <<silence dans les rangs. SILENCE !>>

Et il ajoute : <<Mais le fait que cette phase corresponde actuellement à une crise du système nous fait entrer dans une période de chaos politique durant laquelle les acteurs dominants, à la tête des entreprises et des Etats occidentaux, vont faire tout ce qu'il est techniquement possible pour retrouver l'équilibre, mais il est fort probable qu'ils n'y parviendront pas. Les plus intelligents, eux; ont déjà compris qu'il fallait mettre en place quelque chose d'entièrement nouveau. >>

Trente ans que nous sommes entrés dans la phase terminale, nous sommes en deux mille huit, c'est à dire qu'il situe l'entrée en crise dans les années mille neuf cent quatre vingt, les années "Tapie".
Quoi que fasse Sarkozy, et surtout si c'est pour sauver ou restaurer le système  ne servira à rien, à rien !
(trouver un autre système capitaliste, une blague, il a fallu six siècle pour mettre en place ce système et je doute que Sarkozy soit capable de mettre en place en quelques mois, comme il prétend le faire, un nouveau système. N'importe quoi !)
 
Et il fini l'article par :<<En attendant, les conséquences politiques de la crise actuelle seront énorme, dans la mesure où les maîtres du système vont tenter de trouver des boucs émissaires à l'effondrement de leur hégémonie. Je pense que la moitié du peuple américain n'acceptera pas ce qui est en train de se passer. Les conflits internes vont donc s'exacerber aux Etats-Unis, qui sont en passe de devenir le pays du monde le plus instable politiquement. Et n'oubliez pas que nous sommes , les Américains, nous sommes tous armés.

Ce n'est pas parce que l'info ne circule pas qu'il faut ronronner gentiment dans son coin. Aux Etats-Unis, les gens en on marre qu'on les trimballe depuis le début de l'effondrement du système, et ils réagissent de deux manières, soit qu'ils prennent tout leur pognon pour le stocker en liquide dans des coffres-forts (on refuse du monde tellement la demande est forte), soit qu'ils pètent un plomb et qu'ils se rassemblent spontanément pour gueuler leur amertume. Alors les gentilles images pour rassurer, les dirigeants qui se réunissent puis posent tout sourire pour la photo, avec des commentaires apaisants, c'est pour les imbéciles, la réalité est autre.
 
J'ai peur Henri qu'on nous cache quelque chose, les voisins ont pris une pelle et une pioche, et ont creusé en pleine nuit un grand trou dans leur jardin pour y cacher quelque chose, un coffret je crois. C'est pas normal tout ça...
 
allez, à la bonne vot'e quand même, qu'ça vous coupe pas l'appétit !



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato