S'identifier - S'inscrire - Contact

Nouvel accès de DSK-mania chez les socialistes

Par Denis Collin • Actualités • Jeudi 07/07/2011 • 3 commentaires  • Lu 1406 fois • Version imprimable


Les derniers rebondissements judiciaires de ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire DSK ont à nouveau mis en émoi le petit monde socialiste. Voilà « Dominique » innocenté ! Il pourrait revenir, reprendre toute sa place dans la course à la présidentielle et les fidèles « Camba », Le Guern et tutti quanti de se répandre sur toutes les ondes. Et chacun y va de version de la théorie du complot…

Avant de passer à l’aspect directement politique de la chose, il convient d’abord d’être prudent : que les mensonges de son accusatrice rendent impossibles des poursuites contre DSK ne signifie nullement que DSK est innocent. Le scénario d’une agression sexuelle n’est pas abandonné par la justice américaine car le fait que son accusatrice ait l’habitude de prendre des libertés avec la vérité factuelle ne dit pas que là elle ait menti (logiquement une telle inférence est impossible). Qu’elle ait voulu tirer parti d’une relation tarifée qui a mal tourné (version souvent rapportée dans la presse des USA) dont ensuite la victime présumée aurait voulu tirer parti, ce n’est pas impossible du tout. Une chose est certaine : il y a bien relation sexuelle entre l’ex-directeur du FMI et son accusatrice. Et c’est là qu’intervient l’interrogation : soit il y a bien eu agression sexuelle et alors l’auteur de l’agression est inexcusable (violer une immigrée qui a menti pour obtenir ses papiers n’est pas plus justifiable que violer une employée modèle !). Soit DSK est tombé dans un piège et alors, comme il devait se douter que le moindre dérapage pourrait être exploité, vu sa position, cet homme est un crétin de s’être laissé ainsi mener par le bout de son pénis… Se laisser mener par le bout de son pénis n’est évidemment pas un crime, mais cela laisse plus perplexe quand il s’agit de quelqu’un qui se veut un homme d’État. Dans les deux cas, cette affaire aurait dû clore l’épisode DSK pour le PS.

Que l’affaire DSK, qui rebondit avec la plainte de Tristane Banon, soit un complot monté par la droite est plutôt ridicule. D’abord, la droite profondément déchirée, ne semble guère en mesure de monter des complots sophistiqués, unissant la police de New York et le groupe Accor. Et encore moins de monter des complots pour sauver Sarkozy auquel plus personne n’obéit ainsi que l’a encore montré le dernier remaniement ministériel qui a vu M. Baroin se nommer lui-même ministre des finances… Et surtout, si l’actuel président avait voulu vraiment piéger DSK, il aurait laissé courir les choses pour mieux le faire tomber sur une scandale bien glauque en début de campagne présidentielle, après que les socialistes l’aient désigné comme leur représentant.

Toutes ces spéculations servent cependant d’écran de fumée pour masquer la réalité politique : un instant désarçonnées, les éminences socialistes se sont remises à danser la danse du ventre devant l’ex-directeur du FMI. Et, de manière réaliste, certains semblent avoir fait leur deuil d’une candidature Strauss-Kahn, ils veulent faire de leur héros le mentor, l’inspirateur et l’âme de la campagne socialiste, réduisant celle ou celui qui sera investi au rôle de femme ou d’homme de paille de la ligne FMI. Le ticket Aubry-DSK que certains concoctent est une des formes possibles de cette stratégie.

Tout cela a un sens politique : DSK est l’inspirateur du plan de dépeçage de la Grèce. Papandréou est « socialiste », comme Zapatero en Espagne et Socrates (qui vient de céder sa place à la droite) au Portugal. En multipliant leurs déclarations d’amour pour DSK, les socialistes français disent tout simplement : « nos programmes, résolutions de congrès et autres envolées sociales (et même socialistes) ne sont que des attrape-nigauds ; notre vrai programme, c’est la gouvernance financière mondiale et européenne et si besoin si nous ferons comme Papandréou. »

Comment mobiliser la gauche sur une telle ligne ? C’est évidemment impossible. Le PS s’interdit de regagner l’électorat ouvrier repassé au FN ; il favorise la dispersion des voix à gauche, légitime la candidature Front de Gauche de Mélenchon et entretient le dégoût pour un jeu politique si glauque. Si la pusillanimité des dirigeants de la rue Solferino, leur intégration à la classe capitaliste transnationale l’emportent définitivement dans les rangs du PS, il ne faudra pas s’étonner de récolter les fruits gâtés d’une telle politique.         


Partager cet article


Commentaires

par regis le Vendredi 08/07/2011 à 02:01

Les temps pourraient être comiques si la déliquescence ne concernait que la représentation politique. Entre un président Fouquet’s- casse toi pov’con , un challenger guidé non seulement par son pénis mais par les bourses, et un troisième qui se flatte d’égaler Marchais, n’en jetez plus la cour est pleine. Vous dénoncez avec raison le culte du dieu Pan dans un parti abusivement appelé socialiste.

En guise de contre, la niaiserie : parce que femme, noire et immigrée, le « bon » camp ne pouvait que se situer là…comme si une plainte pénale ne devait pas être rigoureusement instruite pour rechercher la vérité. Voyez l’ineffable C.Autain déclarant après coup que si la plaignante a menti ce serait un coup dur porté aux femmes !  

Signe indubitable des temps.

Pendant ce temps, tout passe sans coup férir. Dernier en date l’allongement de la durée de cotisation pour la retraite : à la trappe les retraites ! A quoi le tour maintenant ?  


Complot par LEMOINE le Dimanche 10/07/2011 à 21:57

Il faut être prudent et ne pas écarter la possibilité d'une manipulation (à laquelle DSK s'est prêté stupidement). Mais s'il y a manipulation, elle le vient pas de Paris mais de plus haut (même si elle a pu se faire en manipulant quelques têtes folles françaises). Elle serait liée aux positions prises par DSK au sujet de la création d'une monnaie de réserve émise par le FMI et remplaçant le dollar dans ce rôle. La prétendue exécution de Ben Laden permettant un retrait rapide d'Afganistan est manifestement liée à ce problème. Elle montre que les USA usent de toutes sortes de manoeuvres pour retarder l'échéance.

S'il y a complot, il aurait donc écarté DSK du G8 où le sujet ne pouvait pas ne pas être discuté. Il viendrait indiquer qu'il y a une limite à ne pas franchir et une omerta à respecter (comme le fait si bien la presse française).

Cette hypothèse  peut se vérifier : s'il est exact que les communications téléphoniques ont été interrompues sur l'aéroport au moment de l'arrestation de DSK comme le rapportait le Figaro et comme l'a mentionné la presse aux USA, il est peu vraisemblable que cela se soit fait à la demande de la brigade des moeurs de New-York (à cause du délai et des limitations vraisemblables d'une brigade de police). Si cette coupure a été faite sans demande de la brigade de New York, cela signifie que quelqu'un, au dessus, se souciait du bon déroulement de l'arrestation, quelqu'un avait lancé la machine et voulait éviter que l'affaire avorte. Cette erreur par excès de zèle viendrait prouver qu'il y a bien eu complot. Je m'étonne que personne n'ait vu ce point.

Rappelons que depuis plusieurs années l'ONU, le Chine et la Russie ont pris position pour que le DTS devienne une véritable monnaie capable de remplacer le dollar comme monnaie de réserve. DSK a publié un article appuyant cette initiative. Rappelons qu'en europe, le fond PIMCO a annoncé qu'il renonçait à garder son portefeuille de bons du trésor américain et qu'il fait pression pour de la BDE émette des bons équivalents (il fait cela en attaquant l'EURO via le problème grec). Cela signifie que la FED rachète sa propre dette et que donc les USA financent leurs déficits par de la création monétaire, donc du papier. Cette situation n'est pas tenable, les USA le savent. Si les USA perdent la possibilité de se financer par la création monétaire (que leur permet la situation de monnaie de réserve), ils seront dans une situation équivalente à celle de la Grèce. Toutes les manoeuvres politiques des USA depuis quelques temps tournent autour de ce problème (Ben Laden, attaque de la Lybie)

Vous devriez vous pencher un peu sur ce problème du dollar (beaucoup plus réel que celui de l'EURO)


par na dire gros sel vents et marées le Dimanche 17/07/2011 à 23:26

Poli tic au jour le jour, tout comme les médias tocs ? mais qu'est-ce donc que ce et ceux que vous nommez "gauche" en citant des noms en ajout dont celui d'un de vos anciens camarade ami de l'ex OCI ayant monté dans l'échelle lettre PS et que peut-on entendre par le terme "reconquête" du Droit des Peuples à disposer d'eux-mêmes sans dieu ni maître pour aide à penser droit et sans tendances reconnues,centralisme démocratique et élites autoproclamées, cela y compris en Douce France, pour quiconque veut voir et entendre je pense qu'il y a duperie sur la marchandise et depuis tant de temps la dite gauche a rendu son dernier soupir, on ne reconstruit rien en phase terminale de fin de vie, place aux jeux de rôles, au cirque média tique, au pain bourré de plâtre, aux guerres externalisées y compris en Afghanistan où de jeunes et demi-vieux soldats de France envoyés là-bas meurent, tout est en toc bien que certains du mot peuple en usent et en abusent sans en avoir le Droit...Le fond de l'air n'est plus rouge, si tant est qu'il l'ait été un jour, le fond de l'ère de gauche du court XXIème siècle débutant depuis10 ans reste tout aussi réfrigérant que le court XXème siècle, plus rien et plus personne ne bouge cela en attendant de je ne sais qui et avec quoi d'écrit en un un peu meilleur programme court pour ceux qui souffrent, ceux qui luttent en désespoir de causes perdues d'avance, plus personne dans les rues, dans les usines pour les entendre, place à La Loi du commerce hyper où la classe salariée n'est pas mieux traitée et place à l'écran blanc brillant pour le défoulement des pusions négatives et positives... Tic-tac-toc, troubles obsessionnels compulsifs ou Regard froid ? De D-est-ce cas on en a soupé assez dans les divers médias et ceci ne fait et ne fera pas un Programme de transition pour marcher serrés vers quelles solutions, même si quelques rétifs non opportunistes continuent de se demander avec constance Où va la France ? "Quiconque dans sa vie a une seule fois observé un crustacé de face ne peut plus douter de l’étrangeté de l'existence" Jean-Luc BENOZIGLIO, Tableau d'une ex...



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato