S'identifier - S'inscrire - Contact

Populistes genevois et peuples arabes

Lettre genevoise 25

Par Gabriel Galice •  • Mercredi 16/03/2011 • 0 commentaires  • Lu 1376 fois • Version imprimable


Dimanche 13 mars, les habitants du canton de Genève ont renouvelé leurs conseils municipaux. En ville de Genève comme dans les communes périphériques, le fait marquant est la forte percée du Mouvement Citoyen genevois (MCG) au détriment surtout des Verts et des radicaux-libéraux, en voie de fusion. Sur 80 sièges, la « gauche de la gauche » en emporte 12 (+2), le PS 16 (-1), les Verts 11 (-4), le MCG 11 (+11) le PDC 7 (-2), le PLR 15 (-5) et l’UDC 8 (-1). Le MCG tient un discours protestataire qui impute aux travailleurs frontaliers, venant de France surtout, les réelles difficultés rencontrées par les habitants pour se loger et assurer leur emploi. La « racaille » des banlieues lyonnaises et les Roms créeraient l’insécurité. Sa percée se fait au détriment des libéraux-radicaux du PLR, des Verts, des démo-chrétiens du PDC et du mouvement populiste national UDC, plus efficace en Suisse alémanique qu’en Romandie. 

La gauche, tant française que suisse, y va de son couplet anti-populiste. Le maire socialiste d’Annemasse fait « le rapprochement entre le vote MCG et les sondages actuels en France favorables à Marine Le Pen ». Ite missa est. Que le PS perde un siège quand « A Gauche » en gagne deux mérite un brin de réflexion. En se rapprochant des libéraux économiques, les radicaux s’éloignent de l’électorat des couches populaires et moyennes qui constituaient leur électorat. Mais surtout, la gauche officielle, patentée, banalisée, ne se demande pas pourquoi l’électorat populaire se détourne toujours davantage d’elle. La classe politique est centriste, les classes populaires ne le sont pas. 

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, la catastrophe annoncée pour les Présidentielles françaises de 2012 pourrait bien s’avérer le miroir grossissant de la consultation genevoise. 

Les béats de la mondialisation et autres pleureuses anti-populistes feraient bien de lire le rapport sur la crise financière du bureau indépendant d’évaluation du Fonds Monétaire International http://www.ieo-imf.org/eval/complete/eval_01102011.html avant d’aller chercher son directeur général pour damer le pion à Marine Le Pen. Ils apprendraient que les distorsions cognitives (cognitive biases) de l’équipe des économistes du FMI sont constituées par leur commune croyance en la discipline des marchés et leur autorégulation. Le lien fait par les experts du Fonds entre macroéconomie et analyse du secteur financier est tenu pour rien moins qu’inadéquat. Bien des économistes le savent et le disent en tous lieux mais la doxa n’en a cure, qui va ou va le vent. Le récent rapport du FMI sur la Libye tresse des lauriers au régime en place, ne conseillant que de favoriser les jeunes et de privatiser davantage, of course : « le poumon, vous dis-je ! » disait déjà le médecin moqué par Molière.

 

Et si les peuples arabes nous donnaient une leçon pour nous débarrasser, nous aussi, de nos oligarques de droite et de gauche, qui ne veulent ou ne peuvent pas voir les raisons des mécontentements populaires ?

 
Gabriel Galice – 17 mars 2011

Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato