S'identifier - S'inscrire - Contact

Quand Warren Buffet refusait d'investir dans les obligations municipales US

Par Christian Berthier • Internationale • Mercredi 15/10/2008 • 0 commentaires  • Lu 1466 fois • Version imprimable


Le 4 mars 2008: AOL: "Le milliardaire américain Warren Buffett a retiré son offre de reprise des 800 milliards de dollars de "municipal bonds", des obligations émises par des municipalités américaines, (christian berthier)
...bien qu'il n'y ait pas de risque de non-remboursement de ces obligations! Pourquoi?
Certes, elles sont "garanties" par des "rehausseurs de crédit" qui prélèvent intérêts et commissions sans risque - en principe -
On comprend que ceux-ci, submergés par les garanties données aux prêts immobiliers et privés, aient besoin d'argent frais en urgence.
Alors pourquoi Warren Buffett fait-il la fine bouche?
Il n'y a que deux solutions et demie:
Soit WB n'a pas l'argent, évidemment aussi à crédit, évidemment aussi assurances comprises.
Soit, les majors financiers US, arabes ou autres ne font plus crédit à WB
Soit ces obligations sont-elles aussi "fictives", gagées, mélangées à d'autres créances, elles moins sures, menacées de saisie judiciaires, etc et donc non monnayables par WB ou non directement génératrices de remontées régulières de remboursements par les municipalités.
En somme, les municipalités auraient des dettes et devraient payer des traites à des banquiers inconnus voire en voie de faillite. Gênant! D'autant que ces municipalités  ont besoin de "tirer" sur ces crédits pour leurs dépenses et investissements.
En somme, aux USA, Buffett et ses pairs financiers de haut vol coupent les crédits aux bons payeurs que sont les municipalités à cause des mauvais payeurs et spéculateurs privés.
Voila qui devrait faire réfléchir les municipalités françaises, maires, conseils, candidats poussés par l'Union Européenne à s'endetter après des banques privées, puisque l'état leur rationne l'accès au crédit public, toujours sur directives européennes! 
...
En effet, le 30 septembre, immédiatement apres la mise à disposition de 700 milliard de dollars de crédits publics US, DEXIA banque des collectivités belges et française ne pouvait faire face à une échéance de plus de 6 milliards d'euros et n'était sauvée de la faillite que par les trésors publics belge et français...avouant qu'il lui restait (?) encore (?) $500 millions d'impayés municipaux US!

Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato