S'identifier - S'inscrire - Contact

Quelques réflexions à propos de la déchéance de la nationalité

Par Jean-Louis Ernis • Actualités • Mercredi 06/01/2016 • 0 commentaires  • Lu 1035 fois • Version imprimable


Je constate simplement, en citoyen ordinaire, que les suites politiques des drames de janvier et novembre 2015 sont mortifères pour la société française et fracassent les amitiés les plus sincères.

 

J’ai peine à croire que Hollande et son entourage n’aient pas conscience des dégâts qu’ils provoquent dans l’opinion publique par leurs comportements. Le résultat des sondages atteste de cet affolement.

Sur le prolongement de l’état d’urgence, il y a quelque chose de dangereux dans cette affaire, c’est le dessaisissement de fait du Parlement.

Il est impératif de laisser à la représentation nationale, quelle qu’elle soit avec les tares dues à la Vième République et au quinquennat ..., la liberté de répondre positivement ou négativement aux demandes du gouvernement au coup par coup. Les périodes octroyées d’état d’urgence doivent être de courte durée.

Inscrire sur de longues périodes une sorte de pleins pouvoirs à l’exécutif est très, très dangereux.

On ne peut pas oublier les propos de Valls indiquant qu’il n’était pas sûr de respecter la Charte des Droits Européens.

Je crois que Hollande a compris qu’avec l’Union Européenne il n’y a qu’une seule politique possible (Junker l’avait d’ailleurs rappelé à Syriza à l’été 2015) Alors l’actuel hôte de l’Élysée sait qu’il peut mordre le trait des Droits de l’Homme (à l’image de Orban et maintenant du pouvoir polonais) ce n’est pas Bruxelles qui lui en voudra. Quant au peuple français, il est tellement perdu que les dirigeants peu scrupuleux des droits individuels et collectifs n’ont pas à s’inquiéter.

Quant à la déchéance de nationalité, pour les binationaux qui, selon ses promoteurs, ne serait que symbolique, depuis quand dans une période aussi troublée, s’amuse-t-on avec des symboles ? D’autant que la particularité des terroristes islamiques est de rejoindre leur dieu dans leur au-delà, après avoir rempli leurs « tâches divines » contre les mécréants.

Pour ces types, la mort n’est pas redoutée mais, au contraire, vivement souhaitée.

Alors, le droit français !!!

Personnellement, j’ai un peu de mal avec la bi-nationalité mais je pense que la période n’est pas propice à un débat national sur ce sujet.

Pour résumer, je pense que nous n’avons pas plus à attendre aujourd’hui de Hollande que de Sarkozy hier.

N’oublions pas que lors d’une visite au Qatar, Hollande déclarait être en pays ami.

La responsabilité gouvernementale ne devrait pas être de faire de l’esbroufe, mais au contraire de donner concrètement les moyens aux services de l’État pour accomplir leurs tâches dans cette période aussi particulière.

Il me revient deux images :

1 – il y a quelques semaines les policiers et leurs syndicats revendiquaient pour la énième fois des emplois et des moyens matériels. La Gendarmerie, bien que muette laisse néanmoins passer quelques messages de même nature. Les congés ne sont plus donnés, les RTT s’accumulent. La fatigue entame l’efficacité.

2 – J’entends encore au lendemain du 13 novembre le juge Trévidic indiquer que les services de renseignements apportent de nombreuses données à la justice, incapable de les traiter rapidement, faute de moyens ! Béatrice Brugère de FO Magistrats ne dit pas autre chose.

Enfin, en entretenant un discours de guerre, je me demande si l’exécutif ne prépare pas l’opinion publique à une possible vraie guerre.

D’autant que les dégâts causés par la mondialisation financière sont tels que l’on peut se demander si un retour à la normale est possible dans un cadre de paix ?

Jean-Louis Ernis

 


Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato