S'identifier - S'inscrire - Contact

Réponse de Michel Peyret, ancien député du Parti Communiste de la Gironde

à la lettre aux élus, signataires de l'appel pour la défense de nos droits fondamentaux

Par Michel Peyret • Droits fondamentaux • Jeudi 30/04/2009 • 0 commentaires  • Lu 3308 fois • Version imprimable


CONTRE LE CAPITALISME, CONSTRUISONS LA MONDIALISATION DES PEUPLES SOUVERAINS !

 

Dans nos actions, nous sommes confrontés au même ennemi et je me félicite qu'il soit aujourd'hui nommé clairement !

Même le Président de la République est obligé de l'appeler par son nom alors même que des forces se voulant progressistes, il y a peu encore, y répugnaient!

C'est bien du capitalisme dont il s'agit !

Certains voudraient bien personnaliser la chose : Sarkozy est le Président, aussi est-il le responsable ! Certes ! Ce n'est que l'apparence des choses !

Car derrière Sarkozy, il est des forces puissantes qui le dépassent.

Des forces économiques organisées aujourd'hui mondialement.

Et des forces sociales et politiques !

 

Il ne faut pas en rester aux apparences.

Ce n'est pas Sarkozy qui décide en réalité, sauf pour ce qui est de l'intendance !

Ceux qui décident en France sont regroupés dans ce qui s'appelle le MEDEF !

MEDEF dont Sarkozy « bisouque » la présidente chaque fois qu'ils se rencontrent ! Et nous ne sommes pas de toutes les rencontres !

Oui, ce sont les grands patrons qui commandent en réalité !

Et Sarkozy, lui, au fond, il n'est que leur « grand commis » ! Pour ne pas dire leur grand larbin !

C'est lui qui est chargé de « mettre en musique » les décisions qui organisent leur domination sur toute la société !

Les décisions qui pressurent les salaires et leur permettent de s'approprier les richesses produites par le travail !

Les décisions qui permettent de spéculer au lieu d'investir utilement !

Les décisions qui permettent de licencier, voire de fermer les entreprises, quand les bas salaires ne sont plus suffisants pour consommer tout ce qui est produit !

 

C'est lui aussi qui a la responsabilité, avec ses compères chefs d'Etats européens, d'orchestrer ces décisions des patrons au niveau de l'Europe ! Leur Europe bien sûr !

Leur Europe qu'ils appellent « Union »pour travestir la réalité et n'est en fait qu'un super-Etat qui se superpose à l'Etat national !

 

Car c'est bien un Etat !

Un Etat, avec un Président !

Un Etat avec un Conseil des ministres ! Et avec une Commission, européenne bien sûr, qui décide de « directives », directives qui doivent être obligatoirement transcrites dans les législations nationales ! Ce qui représente 80% de l'activité législative de l'Assemblée nationale et indique son degré de dépendance vis-à-vis de l'Etat européen !

Un Etat avec son budget dont la Commission dispose quasiment à son gré bien qu'il soit alimenté par les budgets nationaux, ce que l'on « oublie » de vous dire quand on vous explique que c'est ladite « Union » qui finance telle ou telle initiative !

Un Etat avec une monnaie, européenne bien sûr, et gérée par une banque centrale, européenne évidemment !

Un Etat avec une Justice européenne et des Tribunaux européens !

Un Etat avec une défense et des contingents européens !

Et enfin, un Etat avec un Parlement, en fait Parlement sans pouvoir de décision, il convient de le savoir !

Et encore, un Etat avec, comme tous les Etats, des institutions qu'ils voudraient bien couronner avec une Constitution !

 

C'est le fameux Traité constitutionnel confronté aux aléas que vous savez !

Je voudrais m'arrêter sur ces questions de la plus haute importance car, comme le disait Jean Monnet, dit le « fondateur de l'Europe », il faut le faire (cet Etat) mais ne jamais en parler !

Les peuples ont cependant fini par pénétrer ce secret !

Ils ont découvert que cette « Union » au si beau nom était chargée de redoubler leur exploitation !

Ils ont pris conscience que « l'Union » servait à limiter leur liberté de décision, voire à la supprimer totalement !

 

En France, dès 1992, avec le référendum sur le Traité de Maastricht qui supprimait les monnaies nationales et remplaçait les Banques centrales nationales par la Banque centrale européenne, cela a été acquis plutôt de justesse, presque 50/50, mais c'est encore passé !

Et les Français et autres peuples ont expérimenté l'euro et le rôle de la BCE !

Et ils ont bien compris que, non seulement ce n'était pas bon pour eux, et qu'en réalité , tout dépendait des décisions de la Banque centrale et qu'ils étaient, eux, les peuples, privés de toute initiative et que même le budget national était cadenassé !

 

Aussi, en 2004, lors des précédentes élections européennes, ils ont décidé, comme d'un commun accord, de « voter avec les pieds », c’est-à-dire de ne pas aller voter, de boycotter ces élections !

A l’Ouest, dans les principaux pays comme la France, l'abstention parvenait à 57%...!

A l’Est, en Pologne, Slovaquie, Lituanie... elle dépassait les 80% !

Le verdict était clair !

Il annonçait le résultat du référendum de mai 2005 en France et en Hollande !

Le projet de Traité constitutionnel était retoqué !

 

C'était une révolution ! Une insurrection contre la quasi-totalité des médias et des « élites politiques » qui avaient appelé à voter OUI !

Une révolution car, par leur vote, Français et Hollandais ont, de par leur souveraineté imprescriptible, rendu légitimement caduc, sans plus aucune valeur, le projet de TCE et tous les autres traités européens auxquels se référait le TCE, jusqu'au Traité « fondateur », celui de Rome !

On ne nous disait pas que, déjà, c'en était fini politiquement de l'Etat européen!

 

Ce que décident les peuples ne peut être mis en cause par personne !

C'est pourtant ce que firent Sarkozy, les principaux dirigeants européens et ceux qui proposèrent un nouveau référendum pour en principe s'opposer au vote par les parlements nationaux de la nouvelle mouture du traité.

Disons-le clairement : ces dirigeants politiques commettaient ensemble un déni de démocratie, un viol réel des peuples !

 

Et, bis repenti , les Irlandais ont également retoqué la resucée de Lisbonne !

Une fois encore, c'est l'ensemble des traités qui n'ont plus la légitimité populaire ! Qui sont caducs !

Et les principaux responsables politiques se déshonorent à nouveau : ils maintiennent les élections du Parlement européen comme si ce Parlement avait encore une existence légitime !

A nouveau donc ils commettent le viol !

Alors, bien évidemment, chacun se déterminera selon ce que lui dictera sa conscience !

Mais ma conscience a horreur de subir ces sortes d'outrages et je ne vois qu'une manière d'exprimer ma colère et ma révolte : je ne ferai pas un pas vers ces lieux où se consacrerait le crime !

 

Car je sais que des alternatives existent à cet Etat européen « croupion de l'Asie » !

D'abord la Méditerranée, berceau des échanges commerciaux et des cultures au carrefour de trois continents.

Mais pourquoi ignorerait-on le quatrième ? L'Amérique ou les Amériques ! Et l'Océanie qui n'est pas composée seulement de pays pratiquant le rugby !

 

La structure mondiale existe pour cette organisation des échanges, des coopérations et des solidarités.

 

C'est l'ONU et ses différentes structures qu'il convient de démocratiser en les arrachant à la tutelle pesante des grandes puissances du Conseil de sécurité et donner l'essentiel des pouvoirs à l'Assemblée générale.

Il est possible de créer une monnaie commune mondiale, qui ne serait pas le dollar, et coexisterait avec les monnaies nationales dont le franc.

Il est possible de mettre un terme à la libre circulation des marchandises et capitaux, cette règle d'or du capitalisme mondialisé qui met tous les peuples en concurrence ! En la remplaçant par la multiplication des traités de coopération bi ou multilatéraux en tous domaines !

 

Alors, oui, ensemble, disons NON à l'OTAN et à la résurrection artificielle et illégitime d'une Europe-puissance !

Avec tous les peuples, construisons cette ONU démocratisée et débarrassée de tout alignement, et conquerrons la paix, le désarmement, la libre coopération des peuples libres !


Michel PEYRET
ancien député du Parti Communiste de la Gironde
Samedi 4 avril 2009

 


Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato